« Génération X, une courte histoire de la French Touch », par Jean-Yves Leloup

Texte extrait du catalogue de l’exposition.

La génération X, est celle qui a vécu, pleine d’espoir, la fin de la guerre froide et les débuts utopiques de l’Internet et de ce qu’on nommait hier encore, la cyberculture. C’est celle de ravers, de clubbers, de DJ, de musiciens et d’amateurs de musique électronique pour qui le X n’est en rien le synonyme péjoratif d’une génération désenchantée ou en manque d’idéal, mais plutôt le sésame vers l’extase et l’euphorie (...)

Le terme de French Touch a semble-t-il plusieurs origines. Mais l’originalité du terme vient avant tout du fait qu’il induit un regard extérieur sur la création de notre pays. (…) Cependant, selon nous, de façon plus profonde, l’émergence de la French Touch constitue le signe, ou le symbole, de l’éveil d’une scène électronique globale, face à l’ancienne hégémonie de la culture pop anglo-saxonne. (…)

L’année 1994 (…) peut être considérée comme la date symbolique1 de la naissance du phénomène French Touch. C’est en 1994 qu’Éric Morand et Laurent Garnier fondent F Communications, label indépendant considéré comme une figure pionnière et tutélaire de la French Touch2. Et c’est surtout en mars 1994 qu’est publié, sur le modeste mais déjà prestigieux label écossais Soma, le bien-nommé « The New Wave » (la nouvelle vague), le premier single des Daft Punk. (…)

La fin du phénomène French Touch est peut-être plus difficile à dater que son origine. Mais, à l’évidence, à partir du début de la décennie 2000, la formule d’une house dancefloor et funky s’épuise peu à peu, de nombreux producteurs, en France comme ailleurs, ayant tenté d’exploiter le filon jusqu’à en épuiser sa source. Et puis, à mille lieux de l’atmosphère des clubs internationaux prisés par les artistes de la French Touch, une scène électronique plus militante, underground et revendicative s’est développée en France, autour de ce que l’on nomme les free-parties qui résonnent au son du hardcore et d’une techno vindicative connaissent entre 2000 et 2005 leur pic de popularité. (…)

Néanmoins, le terme a fait une réapparition justifiée à partir de 2007, à l’heure de l’émergence et du succès d’une nouvelle génération de musiciens électroniques menés par le duo Justice et les labels parisiens Ed Banger3 ou Institubes. Avec ce que la presse a rapidement dénommé la French Touch 2.0 (dont l’histoire et la terminologie restent encore à écrire), des nouveaux musiciens s’exportent à nouveau dans le reste du monde, dix ans après leurs grand frères de la première French Touch.

Forum : écrire un commentaire


Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

PDF - 1.6 Mo
Téléchargez le dépliant de l’exposition French Touch
PDF - 910.4 ko
Téléchargez l’aide à la visite de l’exposition French Touch

Pour télécharger ce(s) document(s) au format .pdf, vous devez posséder le logiciel Acrobat reader.


Découvrez le catalogue de l’exposition

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50