Banania

Suivant Précédent Toute la collection
Banania / L’Alsacienne, Hervé Morvan, Inv. 997.36.6 © ADAGP, Paris, 2011

En 1912 après un séjour au Nicaragua, le journaliste Pierre Lardet découvre un breuvage délicieux composé de farine de banane, céréales pilées, cacao et sucre. De retour à Paris il se lance dans la fabrication industrielle. En 1914 il dépose plusieurs noms pour son produit : Bacao, Bana-Cacao, Bananette, Bananose, Banarica et enfin Banania et le dessin de l’« Antillaise » destinée à orner les boîtes de Banania.

1912
Pierre Lardet, épaulé de son épouse Blanche Lardet, fonde l’entreprise Banania dont l’administration est au 48 rue de la Victoire à Paris et l’usine rue Lambrecht à Courbevoie.

1914
« L’Antillaise » aux traits européens est la première image de la marque Banania, dessinée par H. Tishon. Elle figure sur les affiches de promotion et les boîtes en cartons et de métal contenant le produit. Dès le début les valeurs nutritives et énergétiques de cette nouvelle boisson venue du Nicaragua sont mises en avant : « suralimentation intensive » « vigueur, énergie, santé, force » pour toute la famille.

1915
L’image souriante du tirailleur Sénégalais comme reflet de la colonisation, réalisée par de Andreis, s’installe au verso des boîtes. Ces couleurs jaune, rouge et bleu seront désormais celles de la marque. Lardet se fait une grosse promotion en envoyant 14 wagons chargés de Banania sur le front.

1924
Les Septièmes Jeux Olympiques à Colombes favorisent la découverte de plusieurs sports : boxe, hockey, rugby, tennis, illustrés par Banania.

1925
Le brillant concepteur mais piètre gestionnaire, Pierre Lardet s’associe à Albert Viallet, qui devient président du conseil d’administration. Banania reçoit le statut de société anonyme.

1927
Albert Viallet fait appel à son neveu Albert Lespinasse (ancien directeur d’un palace à Monaco).

1931
Banania participe à l’Exposition Coloniale et connaît un grand succès. Ayant déjà remporté des grands prix à plusieurs reprises, la marque fait désormais parti du jury organisé à l’occasion de l’exposition.

1935
« L’Antillaise » disparaît au profit du visage et du slogan de l’ami Y’a bon, revu par Georges Elisabeth. Monsieur Lespinasse fidélise sa clientèle par des « gadgets » : des présentoirs, des découpages, des puzzles promotionnels, des albums collecteur de chromos... A la veille de la Seconde Guerre-Mondiale, Banania vend 1430 tonnes par an de ce « petit déjeuner reconstituant idéal ».

1940
Dû au manque de matière première, malgré le rationnement, Banania modifie un peu son produit. Les slogans se teintent d’humour noir et de patriotisme : « Défense contre l’anémie » « Après l’alerte, c’est le réconfort » « Tous les matins, je réquisitionne mon Banania ». L’usine est momentanément fermée et, une partie de la production se trouve en zone libre, près de Clermont-Ferrand.

1950
L’usine est détruite par un incendie, une autre est immédiatement reconstruite tout à côté.

1952
La production passe de 2500 à 5000 tonnes (soit trois fois plus qu’avant guerre). Banania participe au Salon de l’enfance et offre des jouets de toutes sortes (ballons, cinébana, sifflets-banane, yo-yo...) portant l’effigie de l’ami Y’a bon.

1953
Albert Lespinasse devient Président-directeur général de la société, aidé par le publicitaire Jacques Bazaine. Il devient très vite l’incarnation même de la marque : créatif, dynamique et médiatique. L’ancienne usine de Courbevoie est détruite, une nouvelle est construite à Faverolles, près de Compiègne.

1960
Banania reçoit l’Oscar de la Publicité. Bazaine, Dayle, Letellier et Publicis sont les agences de pub s’occupant de Banania.

1965
Banania est couronné du Grand Prix de la Publicité.

1968
Plusieurs campagnes de publicité (affiches, films) mettent en avant les effets énergétiques de Banania tout au long de la journée et des dessinateurs humoristes (comme Chaval et Siné) illustrent le breuvage. Banania occupe 34% du marché des poudres de caca, soit 11 000 tonnes vendues.

1972
Le temps de la retraite venu, Monsieur Lespinasse quitte l’entreprise Banania.

1982
Banania est la première marque traditionnellement française à faire des Cornflakes : Les cornflackes, les Croustiblé, les Croustiriz, les Croustisuc et les Miexli.

1984
Les composants du produit et leur richesse sont mentionnés sur les paquets. Un bol en mouvement et reprenant les traits du visage souriant s’affiche sur les boîtes. Du tirailleur Sénégalais, seuls restent le chéchia et le pompon stylisés. Banania lance un nouveau produit : les céréales.

1987
En février, 70 ans après sa naissance, le conditionnement de Banania évolue : La marque abandonne toute référence au Sénégalais qui disait « Y a bon ». Le logo est symbolique, plus stylisé : Le sourire du tirailleur a été remplacé par celui d’un énorme soleil pour « capitaliser la sympathie intrinsèque de la marque ». Les trois couleurs de base (jaune, bleu, rouge) qui ont établi le code de reconnaissance de la marque sont présentes, même si le jaune l’est moins qu’avant.

Avril : Lancement de Tchocolat, le premier chocolat en poudre haut de gamme. Tchocolat a un positionnement délibérément adulte et devrait être consommé à l’heure du thé. Son packaging conçu par Carré Noir, utilise des tons bleu nuit et un emblème aztèque, pour placer le produit dans un univers magique.

Le 18 décembre, Philippe Midy, président directeur général du groupe Midial vend Nutrial (poudres chocolatées Banania et Benco, desserts Yabon et céréales) aux Américains de la Corn Products Corporation.

1988
La marque rejoint le groupe CPC.

Sur la boîte, un grand soleil toujours souriant regarde avec envie et plaisir le bol de Banania. Puis, peu à peu, le soleil envahit tout le cadre, laissant que peu d’espace à un bol contenant le chaud liquide et entouré des différents ingrédients.

Le 7 septembre, sort le film publicitaire de Patrice Leconte du groupe RSCG : Ce remake de Zorro, servi par un casting irréprochable avec notamment un sergent Garcia plus vrai que nature (le comédien Yourad, familier du rôle), une lumière d’époque, et une mise en couleur de la boîte Banania qui vient contraster avec l’ensemble du spot filmé en noir et blanc, est assuré des faveurs des enfants de 7 à 14 ans car le personnage arrive en tête de leur hit-parade de héros.

1990
Lancement d’ une nouvelle boisson cacaotée pour les enfants baptisée Na !. L’occasion pour l’agence Hotshop, chargée de concevoir le packaging de ce nouveau produit de renouer avec certains des éléments graphiques historiques de la marque. Outre le jaune, dominant chez Banania, la couleur rouge réapparaît, ainsi que l’emblème du sourire gourmand qui rappelle la filiation de Na ! avec la marque. Un packaging traité sur le mode ludique censé illustrer le concept central des produits Banania : la fête gourmande.

C’est durant les années 1990 que le grand soleil va disparaître des boîtes au profit d’une figure d’enfant et que Banania est racheté par Unilever, société Anglaise et Allemande.

1992
Banania fête ses 80 ans : Plus que toute autre marque, Banania s’est faite depuis 80 ans le témoin de temps. A chaque époque, elle a su s’adapter. A travers ce nom, reste évoqué bien sûr la banane -produit de luxe lors de la création du produit- mais surtout le goût de l’enfance, gage de son succès. Tel est le secret de l’exceptionnelle longévité de Banania : Le sourire, le réconfort, le bonheur quotidien d’un plaisir simple, enraciné dans l’expérience des ancêtres.

1999
La figure stylisée du tirailleur, adoptée en 1959, apparaît de nouveau sur les boîtes de Banania. Si la représentation est la même que 40 ans auparavant, en revanche, le slogan « la recette traditionnelle à cuire » remplace « le petit déjeuner familial ».

2003
En février, les financiers de CDC Ixis Participation et Electropar France, deux fonds d’investissement abondés respectivement par la CDC (caisse des Dépôts et Consignation) et EDF, s’apprêtent à signer le rachat de la célèbre poudre délaissée par le titan de l’agroalimentaire Unilever.

Bibliographie

Banania au musée : 80 ans d’art et d’histoire, 1912-1992 [23 octobre 1991 - 5 janvier 1992] / Musée Roybet-Fould . - France : Musée Roybet-Fould, 1991/10/01. - 59 p. : couv. ill , couv.en coul. , ill. coul. , photo NB . 30 cm.

Banania : histoire d’une passion française / Jean Garrigues . - France : Ed. du May, 1991/01/01. - 118 p. : couv. ill , ill. coul. , couv.en coul. , photo NB . Bibliogr. p. 118 - ISBN 2-906450-52-9

Les Cent plus belles images de Banania / Daniel Bordet, préf. de Frédéric de Vanssay . - Paris : Dabecom, 2004/09. - 94 p. : couv. ill , couv.en coul. , ill. coul. . -( Les Cent plus Belles Images ; 6 ). Bibliogr. p. 93 - ISBN 2-9520351-5-6

Banania
Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50