Salière, ate­lier de Robert-Joseph Auguste (1723-1805). Plume et encre noire. Inv. 24 722 B © Photo Les Arts Décoratifs, Paris

Archives

Expositions-dossiers

Architecte, décorateur, ornemaniste : 25 dessins de Nicolas Pineau des collections du musée des Arts décoratifs

du 27 mars 2014 au 22 juin 2014

De la demeure au musée. Photographies de l’hôtel particulier du comte Moïse de Camondo en 1936

du 25 juin 2014 au 12 octobre 2014

Dessins d’orfèvrerie de l’atelier de Robert-Joseph Auguste (1723-1805)

du 16 novembre 2011 au 1er avril 2012

Reçu maître à Paris en 1757, Robert-Joseph Auguste porte à partir de 1777 le titre d’orfèvre ordinaire du roi et devient le principal fournisseur de la Couronne jusqu’à la Révolution. Rien ne nous étant parvenu de ces fournitures, son œuvre est mieux connu par les pièces d’orfèvrerie et les services entiers qu’il réalisa pour les cours de Lisbonne, Londres, Copenhague, Saint-Pétersbourg et Stockholm. Sélectionnés pour leur rapport avec des pièces connues de Robert-Joseph Auguste, les douze dessins présentés ont été donnés en 1925 au musée des Arts décoratifs par le baron Robert de Rothschild (1880-1946) avec dix-huit autres provenant de l’atelier de l’orfèvre et faisant partie de la même vente (Paris, Hôtel Drouot, 4 avril 1925).

Un rare coffret à bijoux attribué à David Roentgen vers 1775-1780 : les enseignements d’une restauration

du 1er décembre 2010 au 27 mars 2011

Restauré en 2010, ce coffret à bijoux présente un décor marqueté de roses et de rubans en houx teinté à l’origine en trois tons de bleu, sur fond d’érable ondé gris brun, encadré de loupe d’amboine. Le couvercle s’ouvre par un tour de clef. Grâce à des ressorts lames, un quart de tour supplémentaire fait monter le caisson interne qui est muni d’un rideau coulissant : quand ce volet est entièrement enroulé, il libère un tiroir à secret. Enfin, un bouton poussoir dissimulé sur la serrure actionne une targette qui permet d’ouvrir le tiroir à ressort situé dans le socle.

La réplique d’un chef-d’œuvre : le secrétaire à cylindre de Jean-François Œben (vers 1760) par Bert Declerck

du 12 septembre 2012 au 17 février 2013

Exposition dossier autour des différentes étapes de la reproduction du célèbre secrétaire à cylindre de Jean-François Œben conservé au musée Nissim de Camondo réalisée par M. Bert Declerck. Cette reproduction est avant tout l’histoire d’un coup de foudre, celui éprouvé par M. Bert Declerck en découvrant ce chef-d’œuvre lors d’une visite au musée Nissim de Camondo à l’âge de 17 ans. Encore étudiant en ébénisterie à l’Institut Saint-Luc de Tournai (Belgique), il décide alors d’en faire une réplique en utilisant des techniques de construction et de décor les plus proches possibles de celles du XVIIIe siècle afin de retrouver les couleurs vives et la finition d’origine du secrétaire à cylindre d’Œben au moment où celui-ci quitte l’atelier du maître ébéniste vers 1760.

Parcours

Le vernis Martin au musée Nissim de Camondo

du 13 février 2014 au 8 juin 2014
Présentation des souvenirs de la famille Camondo

Les souvenirs de l’hôtel du comte Abraham-Béhor de Camondo situé 61, rue de Monceau

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50