Thème qui a traversé tout le XVIIIe siècle, la chinoiserie est évoquée à travers une sélection de meubles et objets provenant de différents pays d’Europe, présentée dans un écrin tapissé de panneaux de laque provenant du Cabinet de laque de l’hôtel du Châtelet à Paris, construit au début des années 1770 par Mathurin Cherpitel. Commode attribuée à Desmoulin en vernis Martin, petite commode de Dubois en vernis Martin à fond rouge, secrétaire en pente en vernis Martin bleu de Madame de Pompadour… révèlent la variété des couleurs des laques européennes.

Une grande vitrine permet d’aborder, dans le monde de la céramique essentiellement, une réflexion sur les jeux d’influences, au centre du développement de la chinoiserie, d’un continent à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une manufacture à l’autre, alors que se multiplient les centres faïenciers et les manufactures de porcelaine. De la copie à l’interprétation et à la fantaisie la plus débridée, la variété des aspects et la succession des phases de la chinoiserie sont évoqués. L’apport spécifique d’artistes et d’ornemanistes comme Boucher ou Pillement est mis en exergue.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50