Berceau de parade du duc de Bordeaux

Félix Rémond (1779- ap. 1860), ébéniste
Jean-François Denière et François Thomas Matelin, bronziers
Paris, 1819, Exposition des produits de l’industrie
Bâti de chêne, placage et incrustations de loupe de frêne, loupe d’orme, noyer et amarante, bronze doré
Dépôt du Mobilier national, 1927
Inv. MOB NAT GMEC 38
© Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Ce berceau de parade célèbre la naissance de l’héritier tant attendu des Bourbons revenus au pouvoir en 1814, à la chute de l’Empire napoléonien. Commandé en 1819 à l’ébéniste Félix Rémond, il servit tout d’abord à Louise d’Artois, fille du duc et de la duchesse de Berry. Épouse du fils du comte d’Artois, frère de Louis XVI et futur Charles X (1824-1830), la duchesse donna naissance peu après, le 29 septembre 1820, à Henri-Dieudonné (1820-1883), comte de Chambord et duc de Bordeaux, qui laissa son nom au berceau. La naissance de celui qui fut surnommé « l’enfant du miracle » est d’autant plus inespérée qu’elle intervient sept mois après l’assassinat de son père, le duc de Berry.

Le corps du berceau évoque une coque de bateau portée sur quatre cornes d’abondance, symboles de la prospérité attendue par le rétablissement de la monarchie. Au chevet, une imposante Renommée en bronze doré, couronnée de fleurs de lis au naturel, prend son envol en brandissant vers le ciel une robuste corne d’abondance débordant de lis, de fruits et de légumes.

Destiné à être posé sur une estrade, ce meuble est fixe et n’a pas pour vocation de bercer l’enfant mais de le présenter lors de protocoles ou des visites officielles.

Savamment travaillés en incrustations de bois français, loupes d’orme et de frêne, les flancs de la nacelle sont ornés de huit médaillons en noyer représentant les Arts et les Sciences, reliés par de généreuses guirlandes de fleurs en bronze doré retenues par des rubans et des fleurs de lis. A la base de la nacelle, les médaillons présentant des fleurs de lis furent arrachés à une époque indéterminée. De même, les fleurs de lis en bronze doré qui ornaient la tunique de la Renommée et la couronne royale surmontant l’écu de France au chevet de pied du berceau, ont été buchées ou transformées en fleurons.

L’intérieur du berceau était garni de velours blanc orné de tresses d’argent. Deux rideaux en levantine verte bordés de lis dorés étaient retenus par des anneaux fixés au sommet de la corne d’abondance. En-dessous, accrochés aux ailes de la Renommée, deux autres rideaux de mousseline frangés d’or étaient maintenus par des embrasses d’argent.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50