Au XIVe siècle, le mobilier de la chambre à coucher se compose essentiellement d’un lit, d’un coffre, d’un banc, d’une ou plusieurs tables à tréteaux pour les repas, d’escabeaux et d’un dressoir. Au XVe siècle s’ y ajoute la chaire, réservée au seigneur ou à son épouse.

On dormait en couple ou à plusieurs, jusqu’à six ou huit personnes, sur un matelas de paille souvent recouvert d’une couette de plume. Par crainte de la position horizontale, associée à la mort, on ne dormait jamais complètement allongé. Aussi le lit était-il assez court. Mais sa largeur souvent considérable obligeait à s’aider d’un bâton pour mettre les draps.

Au XVe siècle, le lit à dais apparaît dans les intérieurs royaux ou seigneuriaux. Le plus souvent posé sur une estrade, le lit du seigneur est placé à proximité de la cheminée. Mais la première richesse de la chambre réside dans son décor textile : tentures de soie parfois tissées d’or et d’argent, tapisseries, couvertures doublées de martre et de zibeline.

J. C.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50