Les formes austères, la construction rationnelle du mobilier Art déco, le rôle accordé aux jeux volumétriques, aux surfaces planes semblent avoir poussé en contrepartie certains grands créateurs vers les matériaux les plus riches.

De même que le mobilier Empire accordait un rôle de premier plan à l’acajou richement veiné, l’Art déco fit « chanter » les sombres stries du palissandre, du bois de violette, du palmier et de l’ébène de Macassar, les moirures du citronnier, le mouchetis de la loupe d’amboine. L’éclat profond du laque parlait des mystères de l’Extrême-Orient, l’épiderme fragile du parchemin, le grain du galuchat introduisirent un luxe barbare dans les intérieurs.

Un des pionniers dans l’utilisation des matériaux précieux, le tabletier Clément Mère, alla jusqu’à teinter l’ivoire ou le dorer, quand il ne le tatouait pas d’étranges abstractions. Ces richesses naturelles provenaient de l’empire colonial français, dont l’Exposition de 1931 fut l’ultime et somptueuse vitrine.

J. C.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50