1864
Naissance à Albi. Enfance passée au sein de cette ancienne famille aristocratique.

1873
La famille s’intalle à Paris. Lautrec entre au lycée Fontanes (aujourd’hui Condorcet).

1878-79
Deux fractures successives à la jambe le rendent infirme et arrêtent sa croissance. Ses seules distractions sont le dessin et la peinture pour lesquels il montre des dons très précoces.

1880-81
Voyage entre Nice, Albi, Céleyran. Retour à Paris. Devenu bachelier, il se consacre à nouveau au dessin et à la peinture. Nombreuses études de chevaux, cavaliers etc. Peint son autoportrait devant un miroir.

1882-84
Reçoit ses premières leçons de dessin et de peinture dans l’atelier du peintre animalier René Princeteau. Elève chez Bonnat puis chez Cormon où il rencontre Van Gogh. Rencontre le peintre Anquetin et s’affranchit des traditions artistiques de ses professeurs.

1885-87
Quitte son atelier de la rue Fontaine, proche de celui de Degas et s’installe rue Caulaincourt. Fréquente les cafés-concerts, les bals du Moulin Rouge, de la Galette et s’imprègne de cette vie montmartoise. Expose chez son ami Bruand dans son cabaret le Mirliton. (fera plusieurs affiches de lui).

1888
Participe à Bruxelles au Salon des XX.

1889-1894
Période d’intense activité artistique au coeur de Montmartre. Nombreux portraits inspirés par les danseuses, les femmes de petite vertu, leurs souteneurs, etc. d’où se dégage son style très personnel.

1891
Année décisive dans sa carrière : Zidler lui commande une nouvelle affiche pour le Moulin Rouge - pour remplacer celle de Chéret (1889). Cette première grande affiche va immortaliser son auteur et son interprète, la Goulue. Cette même année il découvre l’affiche de Bonnard France Champagne. Rencontre Bonnard qui l’introduit chez l’imprimeur Ancourt. S’initie à la lithographie avec le père Cotelle. Maîtrise très vite cette technique, qu’il va renouveler et lui donne de nouvelles lettres de noblesse.

1892-1893
Outre le monde des spectacles, des théâtres et du cirque, il fréquente les maisons closes.et ses pensionnaires Au Salon de la rue des Moulin est un témoignage majeur sur le monde des bordels. Nombreuses études, lithographies sur ce sujet.
Fasciné également par le monde de la chanson, illustre des partitions et couvertures des interprètes célèbres, Yvette Guilbert, Aristide Bruant etc. Compose des affiches à la gloire de Jane Avril, La Loïe Fuller, Caudieux. Bruant... 1re exposition personnelle chez Joyant.

1894-1896
Expositions à La Libre Esthétique à Bruxelles, chez Durant-Ruel à Paris, au Royal Aquarium à Londres. Participe au Salon des Cent. Mêlé au mouvement de la Revue Blanche, fréquente les Nathanson réalise l’affiche annuelle représentant Misia (la femme de Thadée Nathanson et amie de Lautrec), Vallotton,Vuillard... Expose son album de lithographies intitulé Elles à la galerie de La Plume.

1897-1898
Expose au Salon des Cent, à La Libre Esthétique à Bruxelles.

1899-1900
Illustre les Histoires Naturelles de Jules Renard.
Après une violente crise de delirium tremens, est interné quelque temps à la maison de repos du Dr. Sémelaigne, il dessine deux albums sur le Cirque et sur les Jockeys.
Réalise sa dernière (31e) affiche La Gitane représentant la comédienne Marthe Mellot (dans le drame de Jean Richepin).
Expose dans son atelier rue Frochot.
Membre du jury de la section affiches de l’Exposition Universelle de 1900.

1901
Voyages entre Bordeaux et Paris. Peint sa dernière grande toile, L’Amiral Viaud.
Le 9 septembre, il meurt à Malromé a 37 ans.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50