Fils de l’architecte Frantz Jourdain, Francis Jourdain aborde l’art décoratif après une première carrière de peintre. En 1911, il obtient un Grand Prix à l’Exposition Internationale de Turin. Il fonde, l’année suivante, les Ateliers Modernes qui ne cessent de s’agrandir pour devenir une usine à la fin de la guerre, complétée ensuite par un magasin de vente rue de Sèze à Paris, à l’enseigne « Chez Francis Jourdain ».

Le premier en France, il s’occupe d’aménager l’espace de plus en plus restreint imposé par les conditions nouvelles de vie au lieu de le décorer au sens traditionnel. « …On peut aménager très luxueusement une pièce en la démeublant plutôt qu’en la meublant ». Cette conception et son souci de produire des meubles bon marché destinés à la clientèle populaire font de lui un précurseur.

Dès les années 1912-1914, il établit des modèles nouveaux de tissus, de tapis, de papiers peints et de céramiques.

À l’Exposition de 1925, il est chargé de l’organisation du fumoir et de la salle de culture physique du pavillon de L’Ambassade Française tandis que les Chemins de Fer Paris-Orléans exposent le wagon-fumoir qu’il a aménagé pour eux. Il participe avec Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau et René Herbst au mouvement moderne qui aboutit à la création en 1929 de l’Union des Artistes Modernes dont le premier salon s’ouvre en 1930 au musée des Arts décoratifs. Cet ensemble photographique original comprend 80 tirages donnés par Madame Vines Jourdain, l’épouse du décorateur, le 14 avril 1961 à la suite de l’exposition « Rose Adler, Pierre Chareau, René Gabriel, Francis Jourdain, Robert Mallet-Stevens, Jean Puiforcat », organisée par le musée des Arts décoratifs d’octobre 1960 à février 1961 (Inv. 29917). Les collections du musée des Arts décoratifs conservent également seize dessins, neuf papiers peints, deux céramiques et un tableau de Francis Jourdain.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50