Autodidacte, Pierre Chareau (1883-1950) ne possède pas de diplôme d’architecte, néanmoins il conçoit durant sa carrière plusieurs architectures dont la Maison de verre (1928-1932) devenue l’une des œuvres majeures de l’architecture moderne en France.

En dépit de ce handicap légal, le créateur a donc eu recours, pour celles réalisées en France, à une association avec un architecte habilité de nationalité hollandaise nommé Bernard Bijvoet (1889-1979).

C’est en 1927 que débute cette collaboration lors de la conception du Club-House du Golf de Beauvallon commandé à Pierre Chareau par Edmond Bernheim ainsi que celle de la Villa Vent d’Aval (vers 1927-1928) qui se poursuit lors de l’édification de la maison de verre commandée par le docteur Jean Dalsace et son épouse entre 1928 et 1932.

Chareau arrête toute activité dans ce domaine jusqu’en 1947. Il ne renoue avec l’architecture que tardivement lors de son exil aux États-Unis avec la conception en 1947 d’une singulière maison-atelier pour son ami le peintre Robert Motherwell à East Hampton ainsi que, la même année, une maison dite « pièce-unique » (East Hampton) pour son propre usage sur un terrain cédé par le peintre au créateur en paiement de ses honoraires de la maison atelier .

La dernière réalisation de Pierre Chareau est une petite maison nommée La Colline édifiée en 1950 à Spring Valley pour la musicienne Germaine Monteux et l’écrivain Nancy Laughlin.

Le Club–House de Beauvallon, Var (1927)

Architecture de Pierre Chareau en collaboration avec Bernard Bijvoet.
Commandé par Émile Bernheim.

La Villa Vent d’Aval, Beauvallon, Var (1927-1928)

Architecture de Pierre Chareau en collaboration avec Bernard Bijvoet.

La Maison de verre, Paris (1928-1932)

Architecture de Pierre Chareau en collaboration avec Bernard Bijvoet.

La Maison « pièce-unique », East Hampton, New-York (1947)

Ce projet inachevé est l’unique habitation que le créateur a conçu pour son propre usage. Ce pavillon qu’il qualifie de Maison de repos est édifié en 1947 sur un terrain appartenant au peintre Robert Motherwell qui le lui cède en guise d’honoraire pour la réalisation d’une maison-atelier la même année.

La maquette réalisée par René Herbst pour la première monographie consacrée à Pierre Chareau en 1954

Exemples de pages maquettées de la première monographie consacrée à Pierre Chareau un inventeur, l’architecte Pierre Chareau réalisée par René Herbst publiée en 1954 aux éditions du salon des arts ménagers.

Tirages photographiques collés sur papier
Fonds photographique Pierre Chareau
Musée des arts décoratifs, Paris
© DR

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50