L’Union centrale des Arts Décoratifs et l’éclosion d’un art nouveau, 1884-1914

Les membres de l’Union centrale des Arts décoratifs sont des acteurs et de fervents soutiens de l’éclosion d’un Art nouveau et, de 1878 à 1914, le musée constitue un splendide ensemble de verres contemporains, devenu le noyau de la collection. Y brillent les œuvres d’Émile Gallé, de François Eugène Rousseau et de ses collaborateurs, Léveillé, Michel et Reyen, mais aussi du sculpteur et verrier Henry Cros ou du céramiste et verrier Albert Dammouse, pour ne citer que les principaux.

Les Expositions universelles, les expositions spécialisées comme celle, historique, que le musée consacre en 1884 à la Terre, au Verre et à la Pierre, puis les sections Objets d’art des Salons annuels, à partir de 1891, sont autant d’occasions d’acquisitions majeures.

Louis Comfort Tiffany est l’artiste étranger le mieux représenté grâce à ses nombreuses expositions en France et en Europe et au soutien de son agent, Siegfried Bing, fondateur de la galerie « L’Art nouveau », qui donne son nom à ce mouvement en France.

La présence des frères Daum au musée, en majorité grâce à des dons de la famille Daum, est en revanche plus tardive et liée à la redécouverte de l’Art nouveau et de l’Ecole de Nancy après les années 1960 et aux expositions pionnières organisées au musée par Yvonne Brunhammer alors en charge de ces collections.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50