La façade annonce le style Renaissance de l’hôtel. Très rigoureuse, elle est structurée par le rythme serré des fenêtres, des pilastres et des frises, tous richement sculptés. Au rez-de-chaussée, derrière la cour d’honneur, un perron à double volée (disparu) occupait toute la largeur de l’hôtel, et menait au grand salon, créant ainsi une entrée directe pour les réceptions les soirs d’été. Au premier étage, un balcon, dont la balustrade est ornée d’entrelacs et de masques grimaçants, marque l’emplacement de la grande chambre à coucher. Ce n’est pas un hasard si la fenêtre centrale de cette chambre est surplombée d’une tête de femme aux yeux mi-clos, portrait de la Païva, qui affirme ici être la propriétaire d’un des plus luxueux hôtels du Second Empire.

Les deux portails d’entrée, en fer, enrichis de superbes bronzes dorés, sont surmontés de deux visages traités de manière classique : à gauche Apollon couronné de laurier, et à droite, une jeune femme aux yeux mi-clos. Au centre des battants, un lourd anneau finement travaillé, servait de marteau.

En contrebas, la loge du concierge permettait de veiller aux allers et venues dans l’hôtel.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50