L’exposition consacrée à Pierre Gouthière est aussi l’occasion pour le musée des Arts décoratifs d’inviter la Maison Lignereux en lui proposant de présenter cinq créations contemporaines au cœur des salles du musée dédiées au XVIIIe siècle. Ces œuvres, véritables objets-sculptures, associent porcelaine et bronze doré en référence aux objets les plus luxueux produits au XVIIIe siècle.

Mighty Fountain 70 (The Kubla Khan Series) 1/8, Lignereux, 2017
Gonzague Mézin (créateur d’objets rares), Atelier Cabiria (bronziers d’art), Tanya Gomez (céramiste)
© Lignereux / Marie-Honorine Buisset
Paire d’aiguières en porcelaine de Chine à couverture aubergine, monture en bronze doré par Pierre Gouthière, c. 1785, abritées par Lignereux pendant la Révolution
Collection privée
© Thomas Hennocque

Ces cinq créations ont pour source le poème intitulé « Kubla Khan » composé en 1797 par Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) poète et critique anglais, poème où l’Orient et l’Occident se dévisagent dans une fascination mutuelle. Elles sont aussi la représentation des quatre éléments : l’Eau comme le céladon liquide et jaillissant de « Mighty Fountain 70 », la Terre avec ses globes rugueux enlacés de serpents de la paire de sculptures « Breathing Earth », le Feu jaillissant de « Voices » et l’Air impalpable entre les nuages du mobile « Pleasure-Dome ».

Voices (The Kubla Khan Series) 1/8, Lignereux, 2017
Gonzague Mézin (créateur d’objets rares), Atelier Cabiria (bronziers d’art), Samuel Yal (céramiste-sculpteur)
© Lignereux / Marie-Honorine Buisset
Pendule Apollon, modèle de Lignereux au début du XIXe siècle, Pierre-Philippe Thomire, c. 1800
Bronze doré et bronze patiné, griotte rouge, émail. Musée des Arts décoratifs. Inv. 23735
© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance

La maison Lignereux, fruit de l’association des marchands-merciers Dominique Daguerre et Martin-Eloy Lignereux fut l’un des plus prestigieux commerces d’objets d’art de la fin du XVIIIe siècle où la préciosité des matériaux rivalisait avec l’invention de formes nouvelles originales. En 2016, sous l’impulsion de Gonzague Mézin (né en 1982), la maison qui avait cessé toute activité au début du XIXe siècle, reprend vie. Gonzague Mézin dessine et conçoit des objets issus de la grammaire de la Maison Lignereux, façonnés ensuite par un collectif d’artistes et d’artisans français et anglais : l’Atelier Cabiria (bronziers d’art), les artistes céramistes Thiébaut Chagué, Tanya Gomez et Laura Murphy et le sculpteur Samuel Yal.

Breathing Earth (The Kubla Khan Series) 1/8 et 2/8, Lignereux, 2016-2017
Gonzague Mézin (créateur d’objets rares), Atelier Cabiria (bronziers d’art), Thiébaut Chagué (céramiste-sculpteur)
© Lignereux / Marie-Honorine Buisset
Paire de vases en bois pétrifié et monture de bronze doré, c. 1780, abrités par Lignereux pendant la Révolution
Bois pétrifié, bronze ciselé et doré. Musée Nissim de Camondo. Inv. CAM 153
© Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

Présentées au sein de quatre salles du département des XVIIe et XVIIIe siècles, ces œuvres contemporaines, qui portent aussi un regard sur le monde actuel et l’humain, entrent en résonance avec les collections et révèlent tout ce qu’elles doivent aux formes du passé, source inépuisable d’inspiration. La présence du bronze ciselé et doré apportant force et éclat précieux à des matériaux ou des formes traditionnelles ou insolites mais toujours empreintes de poésie s’inscrit dans une sorte de continuité avec les œuvres de Pierre Gouthière et leur fait écho.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50