Confident

Confident, « au rouet d’or », Paris, Tapissier A. Minié, entre 1878-1889
Bois sculpté et doré, cannage
© photo : Felipe Ribon

Parmi la multitude de sièges inventés sous le Second Empire, le confident témoigne des solutions originales trouvées pour répondre aux nouvelles formes de convivialité. Formé de deux fauteuils juxtaposés en sens contraire et reliés par un dossier commun en forme de S, il positionne face à face les deux personnes qui s’y assoient et qui peuvent ainsi échanger des confidences sans être entendues par un tiers. (…)

Confident (détail), « au rouet d’or », Paris, Tapissier A. Minié, entre 1878-1889
Bois sculpté et doré, cannage
© photo : Felipe Ribon

Ce confident se compose de deux fauteuils à trois pieds en bois sculpté et doré à la détrempe, une dorure à l’eau posée sur un apprêt blanc appliqué sur le bois. Les assises sont cannées en une seule épaisseur alors que le large dossier en forme de S, qui relie les deux fauteuils, est garni d’un double cannage lui assurant une plus grande solidité. Rarement cannés comme celui-ci, les confidents sont le plus souvent capitonnés et munis de roulettes pour pouvoir être déplacés facilement. (…) Ce canapé de fantaisie connaît un très grand succès sous le Second Empire et figure en bonne place dans les salons, au milieu des confortables fauteuils capitonnés, des chaises volantes et des poufs moelleux.

Morphème

« Morphème », Quentin Vaulot and Goliath Dyèvre (designers), Robert Jallet (menuisier en sièges), Frédéric Gallin (canneur-rempailleur), 2015
Chêne, hêtre, rotin, 117 x 42 x 95 cm
© photo : Felipe Ribon

Le confident conservé au musée des Arts décoratifs révèle l’importance qui était accordée à la convivialité au XIXe siècle, qui en a vu naître la forme et l’usage. (…) Ce siège original obligeait la pause, voire à prendre la pose, tant il théâtralise le secret livré en public. Néanmoins, l’exercice de la discussion et de la confidence a changé depuis la création du confident. À l’épreuve d’un siècle empressé, les instants contemporains de convivialité sont plus éphémères. L’intimité est toujours plus contrainte par des espaces publics rétrécis et tantôt préservée ou publiée par des modes d’interactivité sociale et de rencontre privilégiant les outils numériques. Morphème est une synthèse de l’évolution de ces usages et de leur plastique autour du mobilier. (…) Entre sculpture et mobilier, mi-animal mi-végétal, ses pieds courbes et élancés, laissent deviner des racines avant que leur nombre ne perturbe sa perception. (…) Morphème rompt avec la station assise proposée par le confident. Objet de dialogue improvisé et debout, il est un support haut sur lequel le corps cherche le repos furtif qu’il pourrait trouver adossé à un mur, en équilibre et en appui sur le rebord d’un meuble ou d’un comptoir le temps d’une brève conversation. Les deux surfaces réalisées en cannage sur sa partie supérieure, laissent apparaître un espace qui offre la possibilité de garder secrète une correspondance écrite et de l’offrir à la seule vue de celui qui se place au-dessus. (…)

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50