Provenant de l’atelier d’Odiot et classé œuvre d’intérêt patrimonial majeur par le ministère de la Culture, le fonds du musée des Arts décoratifs, d’une extrême rareté par son importance numérique et sa qualité d’exécution, constitue la première collection publique d’œuvres graphiques de l’orfèvre.

Datés du premier quart du XIXe siècle, ces dessins, d’une grande finesse d’exécution, sont réalisés au graphite ou à la plume, rehaussés de lavis d’encre, d’aquarelle ou de gouache. Représentant différents stades de la création, des premières esquisses aux projets d’exécution et aux dessins de présentation pour les clients, ils dévoilent les recherches d’un atelier d’orfèvrerie.

Vase pour une fontaine à thé, vers 1810
Charles-Jean-Alexandre Moreau (vers 1760-1840), inventeur du modèle
Auguste Garneray (1785-1824), dessinateur
Atelier de Jean-Baptiste-Claude Odiot
Graphite, plume et encre grise, lavis gris et sépia sur papier
© Les Arts Décoratifs, Paris

Sur des feuilles de parfois plus d’un mètre de haut sont figurées, à grandeur réelle, des pièces relevant du domaine des arts de la table, ainsi que des objets de toilette et de bureau. Cette variété typologique fait revivre le faste de la table et le raffinement de la toilette au début du XIXe siècle.

Les dessins proposent différentes versions d’un même modèle en déclinant les appliques d’ornement, les anses ou les prises. Au fil des feuilles prend forme un véritable répertoire ornemental devenu la signature d’Odiot, conjugué au gré des commandes avec régularité du début de l’Empire à la fin de la Restauration.

Vase modèle pour une fontaine à thé, Jean-Baptiste-Claude Odiot, vers 1819
Vers 1802, création du modèle  ; laiton argenté par Christofle en 1907-1908
© Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

Seuls dix dessins du fonds sont signés et révèlent les noms des collaborateurs d’Odiot tels que les dessinateurs Auguste Garneray (1785-1824) et Adrien-Louis-Marie Cavelier (1785-1867), ou l’orfèvre Jacques-Henry Fauconnier (1779-1839).

Les dessins rendent également compte des services livrés pour les prestigieux commanditaires d’Odiot, comme l’impératrice Joséphine, Madame Mère, Jérôme de Westphalie, le comte Nicolas Demidoff et la comtesse Branicki.

Fontaines à thé, soupières, coupes, verrières, seaux à rafraîchir, huiliers, salières… Tout comme les dessins, les modèles en bronze relèvent de typologies variées. Les prises, les anses, les pieds et les appliques d’ornement sont prétexte à déployer un vocabulaire ornemental foisonnant issu de l’Antiquité. Autour de Bacchus et de son cortège, central dans l’iconographie des pièces et dessins d’Odiot, sont présents Hébé, Cérès, Léda, Vénus, Adonis, Flore ou encore des allégories de la Victoire. Choisis pour leur plasticité, les serpents, cygnes et autres sirènes prêtent leur souplesse et leur sinuosité au dessin des anses, tandis que les sphinges ailées monopodes et les griffes de lion constituent des motifs désignés pour former les pieds des pièces. Les frises ornant les panses sont peuplées de rinceaux habités de panthères ou de pampres alternant avec des roseaux, des épis de blé et des dauphins.

Donnés par Odiot lui-même à la chambre des Pairs en 1835 dans le but d’œuvrer à sa propre postérité mais également de servir son art en suscitant l’émulation chez ses successeurs, les 31 modèles connaissent une histoire complexe. D’abord exposés au musée du Luxembourg, consacré au XIXe siècle aux ouvrages de peinture et de sculpture des artistes vivants, ils gagnent dès 1852 les réserves du musée du Louvre où ils sont peu à peu oubliés.

Soupière «  femmes à genoux  », atelier de Jean-Baptiste-Claude odiot, vers 1819
Graphite, plume et encre grise, lavis ocre sur papier
© Les Arts Décoratifs, Paris

Parallèlement, au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, sont lancées des initiatives ayant pour objet la création d’un musée des Arts décoratifs. Le musée du « beau dans l’utile » voit le jour en 1882, avec pour but de favoriser les liens entre culture et industrie en offrant modèles et références aux ouvriers et artisans. Entre le vœu d’Odiot et le nouveau musée, la convergence est évidente. De fait en 1892 les modèles d’Odiot sont attribués à titre de dépôt au musée des Arts décoratifs.

En 1907, le musée des Arts décoratifs prend la décision de faire dorer et argenter les modèles en bronze. Réalisée par la maison Christofle en 1907-1908, cette opération devait conférer aux pièces l’aspect habituel de l’orfèvrerie. Elles sont définitivement portées sur l’inventaire du musée des Arts décoratifs en 2016.

Soupière «  femmes à genoux  », Jean-Baptiste-Claude odiot, vers 1819
Laiton argenté par Christofle en 1907-1908
© Les Arts Décoratifs, Paris / photo : Jean Tholance

Les modèles témoignent d’une grande finesse d’exécution. Les différents éléments, assemblés par un système de fixation à froid par vis et écrous, ont été ciselés afin de mettre en valeur le relief des ornements, tandis que les fonds amatis jouent du contraste entre les surfaces mates et brillantes. En bronze selon la terminologie employée par Odiot, les pièces sont en fait, comme l’indiquent de récentes analyses menées par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, exécutées en laiton.

La richesse du fonds Odiot du musée des Arts décoratifs réside dans la complémentarité entre les pièces d’orfèvrerie et les dessins conservés. Le dialogue entre les deux corpus permis par leur réunion au sein d’une même institution constitue une rare opportunité pour l’histoire des arts décoratifs.

L’exposition « Dessiner l’or et l’argent. Odiot orfèvre (1763-1850) » propose la confrontation inédite des projets dessinés et des pièces exécutées au sein de l’atelier de Jean-Baptiste-Claude Odiot. Une sélection de près de 100 dessins, présentés pour la première fois au public, sera mise en regard avec les 33 pièces d’orfèvrerie du musée, afin de dévoiler le processus créateur de l’orfèvre.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue raisonné de la collection et d’une plateforme numérique interactive.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50