« Après la femme, les fleurs sont les créations les plus divines. »
Christian Dior

Le parfum de l’enfance est le plus délicat de tous. Pour Christian Dior, il prend racine dans le jardin familial de Granville, au sommet des falaises de la côte normande, bordé par la Manche et balayé par les vents. C’est dans cette oasis bucolique créée par sa mère Madeleine que Christian Dior goûte à un bout de paradis et offre aux fleurs une place particulière : elles le suivront toute sa vie. Le jeune garçon se plonge dans les catalogues Vilmorin-Andrieux qui lui apprennent tout de celles qu’il souhaite apprivoiser. Lorsque le destin l’appelle dans le monde de la couture, il se souvient du parfum des fleurs de son enfance et les invite à rejoindre ses collections : elles lui apporteront le succès avec le New Look et cette silhouette de femme-fleur à la jupe ample en corolle et au buste étroit en calice. Des fleurs qui définissent le style Dior avec justesse et évidence, par des robes à semis ou bouquets, des broderies de fleurs des champs ou encore des drapés en forme de rose, comme dans le modèle Opéra Bouffe.

Claude Monet, Le Jardin de l’artiste à Giverny, 1900
Huile sur toile, Paris, Musée d’Orsay
© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

À la façon des peintres impressionnistes, Christian Dior dessine ses nouveaux modèles dans son jardin de Milly-la-Forêt ou celui de son château de La Colle Noire, entouré de ses muses silencieuses.

Parfum Miss Dior, 1947
© Philippe Schlienger

Jardiniers dans l’âme, Marc Bohan, Gianfranco Ferré et John Galliano fleuriront à leur tour les collections de la maison Dior, révélant des jeunes pousses avec audace, éclat et savoir-faire. Une virtuosité dont fait preuve également Raf Simons dès son premier défilé haute couture, en disposant sur des robes double face, d’un côté des semis de fleurs en broderies traditionnelles et de l’autre des ornements floraux contemporains. Maria Grazia Chiuri fait quant à elle défiler ses robes de jeunes filles en fleurs dans des jardins enchantés. Sur des robes de bal aériennes, elle dépose de subtils bouquets composés de pétales de soie teints à la main et semblant surgir d’un herbier. Chez Dior, la subtilité des savoir-faire permet de traduire en haute couture la délicatesse des fleurs.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50