Christian Dior, robe Opéra bouffe, haute couture automne-hiver 1956, ligne Aimant
Robe du soir en faille de soie d’Abraham. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

La précédente rétrospective parisienne consacrée à Christian Dior s’est tenue en 1987 au musée des Arts décoratifs. Elle était centrée sur les dix années de création du couturier, de 1947 à 1957. Pour célébrer les soixante dix ans de la Maison, cette nouvelle rétrospective montre comment Christian Dior et les six directeurs artistiques qui lui ont succédé ont conçu et construit le rayonnement d’un nom aujourd’hui synonyme de haute couture en France et dans le monde entier. Avec leur propre sensibilité, Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et aujourd’hui Maria Grazia Chiuri ont ainsi élaboré une grammaire stylistique fidèle à l’élan initial et contribué à définir l’identité de Christian Dior dans sa relation avec l’époque. Accompagnant cette évocation de la haute couture, résonnent aussi les créations de Frédéric Castet pour la haute fourrure, celles de Serge Lutens, de Tyen et de Peter Philips pour la beauté, ainsi que de François Demachy pour les parfums.

Personnage-clé de la mode du XXe siècle depuis sa collection « New Look » du printemps-été 1947, Christian Dior a profondément modifié l’image de la femme, renvoyant au passé la silhouette masculine des années de guerre. Ses robes expriment une féminité moderne, celle de sa femme-fleur, dessinant un corps aux courbes sinueuses et dont le port fait référence à la culture académique du ballet classique. Les épaules sont douces, la poitrine précisée, la taille marquée et les hanches magnifiées par l’envolée des jupes corolles. Christian Dior a, non sans scandale, relancé l’industrie textile en exigeant, après les années de pénurie de l’Occupation, l’emploi de grands métrages d’étoffe. Il a su renouer avec la tradition de la couture, redonnant une place prépondérante aux brodeurs et aux paruriers. Il a inventé une mode internationale réaffirmant le rôle séculaire de Paris comme capitale de la mode.

Christian Dior, robe Junon, haute couture automne-hiver 1949, ligne Milieu du siècle
Robe du soir en tulle brodé de paillettes par rébé. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

L’exposition s’ouvre sur un rappel de la vie de Christian Dior, son enfance à Granville, ses « années folles » de découverte de l’avant-garde de l’art et des spectacles parisiens, son apprentissage du dessin de mode et son entrée dans la haute couture. Avant de se diriger vers la mode, Christian Dior a été directeur de galerie de tableaux en association avec ses amis Jacques Bonjean, puis Pierre Colle, de 1928 à 1934. Cette activité est évoquée à travers des tableaux, sculptures et documents rappelant une programmation éclectique, dans laquelle la génération des artistes déjà célèbres rencontrait les jeunes artistes de la génération de Dior. Parmi ces derniers figuraient Giacometti, Dalí, Calder, Leonor Fini, Max Jacob, Jean Cocteau ou Christian Bérard. Amateur d’antiquités et d’objets d’art, collectionneur d’Art nouveau et décorateur passionné par le XVIIIe siècle, amoureux des jardins, il a puisé dans toutes ces sources tant pour agrémenter ses résidences privées que pour définir l’esthétique de sa maison de couture et de ses créations. On découvre, en effet, que ses robes sont empreintes de références à la peinture, à la sculpture, mais aussi à tout ce qui compose l’art de vivre : papiers peints, étoffes, porcelaines ou chinoiseries.

Toutes ces thématiques créatives, sur lesquelles ses successeurs sont revenus comme sur des leitmotivs, sont tour à tour dévoilées : l’art et la photographie, la profusion des couleurs et des textures, l’élégance stricte parisienne, la référence au décor néoclassique, les trésors de l’exotisme, la fascination pour le thème floral. Ces thèmes sont mis en scène par Nathalie Crinière, dans des ambiances évoquant successivement une galerie d’art, un atelier, une rue, un boudoir, les voyages, ou encore un jardin merveilleux. Tout au long de l’exposition, tableaux, sculptures et objets d’arts décoratifs éclairent les goûts et sources d’inspiration du couturier, selon une sensibilité partagée par les directeurs artistiques qui lui ont succédé.

La visite se poursuit dans la nef par un parcours chronologique de 1947 à 2017 montrant l’élan fondateur et l’héritage de l’esprit Dior à travers les décennies. La silhouette du tailleur Bar caractéristique du « New Look », inaugure cette traversée du temps. Cet ensemble en noir et blanc concentre toute la nouveauté de l’esthétique Dior qui frappe le coup d’envoi des trente glorieuses de la mode. Depuis, ce tailleur a hanté l’imaginaire de la mode et de nombreux couturiers et créateurs.

Raf Simons pour Christian Dior, haute couture automne-hiver 2012
Robe du soir en satin duchesse jaune imprimé chaîne d’après la peinture sP178 de sterling ruby. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

Mais la permanence de l’esprit de Christian Dior tient aussi aux différents directeurs artistiques qui ont pris la relève du couturier après sa disparition en 1957. Une succession de six galeries leur est dédiée pour décrypter comment leur propre création s’inscrit dans la poursuite de cette vision de la haute couture. Au choix risqué du tout jeune Saint Laurent succède la réaction rationnelle de la nomination de Marc Bohan. Puis c’est l’arrivée flamboyante de Gianfranco Ferré, puis celle à grand fracas du punk de la mode John Galliano, l’affirmation « minimaliste » de Raf Simons et, enfin, le choix d’une femme, Maria Grazia Chiuri et de sa vision engagée de la féminité.

Les savoir-faire et la technique, sans lesquels la haute couture ne saurait exister, sont mis en scène dans un atelier où des ouvrières sont à l’ouvrage, entourées de mannequins de couturières, de croquis et de toiles. Une galerie propose un résumé de l’évolution de la ligne et de l’allure Dior depuis 1947, illustrée de robes et d’extraits de films ou de vidéos de défilés.

Gianfranco Ferré pour Christian Dior, robe Palladio, haute couture printemps-été 1992, collection Au vent léger d’un été
Longue robe fourreau en georgette de soie plissée et brodée. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

Le parcours s’achève dans le cadre somptueux de la nef, décorée telle une salle de bal pour une présentation des robes du soir les plus fastueuses, parmi lesquelles brillent de nombreuses créations réunies pour la première fois à Paris. Certaines ont été portées par des clientes célèbres qui ont contribué au rayonnement de la maison Christian Dior, de la princesse Grace de Monaco à Lady Diana, de Charlize Theron à Jennifer Lawrence. Révélation inédite, résultat de recherches menées pour ce projet, parmi ces toilettes de grand bal figure une robe baptisée Soirée brillante qui a défilé du temps de Christian Dior au musée des Arts décoratifs en novembre 1955.

À l’occasion d’une exposition présentant les grands ébénistes français du XVIIIe siècle, Christian Dior comptait au nombre des prêteurs, et l’inauguration prit la tournure d’un événement culturel, mondain et élégant grâce à la présence de ses propres créations. Ce jour-là, des mannequins de la maison Dior déambulaient en robe du soir, prenant la pose parmi les meubles et objets d’art. Une façon d’affirmer, en ce mercredi 30 novembre 1955, la place naturelle qu’occupent les ornements de la féminité au cœur des arts appliqués et le rôle prépondérant joué par Christian Dior dans l’histoire des arts décoratifs.

Pour cet ambitieux projet, la plupart des œuvres présentées sont issues du fonds Dior Héritage, le plus souvent jamais vues à Paris, auxquelles s’ajoutent les prêts exceptionnels provenant des collections du musée des Arts décoratifs et de l’Union française des Arts du costume, du Palais Galliera, du Costume Institute au Metropolitan Museum of Art de New York, du Victoria and Albert Museum de Londres, du De Young Museum de San Francisco, de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, du Museum of London, du musée Christian Dior de Granville, ainsi que des œuvres d’art prestigieuses, de tout temps et de toute époque, provenant des collections du musée du Louvre, du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie, du Château de Versailles, du Centre Pompidou, du musée des Arts décoratifs et de nombreuses collections particulières.

17 COMMENTAIRES
  • Exposition magnifique mais...
    5 novembre 19:47, par Gouraud Catherine

    L’exposition est sans contexte d’une très grande qualité. Il est cependant déplorable de la voir entachée :
    • d’un accueil exécrable : les gardiens n’ont aucune notion de réception de visiteurs, français comme de l’étranger, sans aucune amabilité, voire agressifs
    • d’une logistique de fil d’attente totalement inorganisée : pas de signalétique, changement de fil intempestif,
    • d’une gestion des flux inexistante : les premières salles surchargées et très chaudes Des sujets phares qui donnent une triste image de l’accueil en France...

  • Dior....j’adooooore.....
    29 octobre 12:32, par Monica

    26 octobre.....achat billets FNAC....visite 15h...temps d’attente « coupe file » correct....ai passé la 1re salle trop sombre...trop de monde....je lirai le catalogue « at home »....magnifique scenographie...les vitrines aux themes de couleur sont un regal pour les yeux....quelle joie de retrouver les couvs des ELLE....1953/4....j’avais oublié la vilaine qualité du papier....bravo pour avoir melangé tableaux, meubles, flacons....la salle des toiles est impressionante & la dernière avec les robes des stars est un enchantement....1 000 merci à tous les « A »rtistes...eclairage & autres...j’aurai accepté de payer le billet d’entrée 30€ au vu de la qualité & la quantité....les expos à NY sont à 25USD....

  • service vestiaire
    28 octobre 01:09, par marie ange joulia demory

    étant conférencière j’ai fait deux visites de l’exposition aujourd’hui vendredi 27 octobre. dans mon deuxième groupe l’une de mes clientes était en fauteuil roulant. je faisais la fermeture de l’expo avec ce groupe. quand il est 18 heures et que vous terminez avec une personne handicapée au 1 er étage il est tout a fait impossible d’être au vestiaire a la même heure. le vestiaire était bien évidemment fermé quand nous l’avons atteint 18h07 et il a fallu batailler pour retrouver la carte d’identité de ma cliente et leurs effets. quant a mon manteau il était dans le vestiaire fermé a clé et impossible d’en trouver la clé .. des espagnols courant eux aussi derrière leurs affaires et mes clientes américaines n’ont pas compris un tel manque de professionnalisme. sincèrement il est incompréhensible que le vestiaire ne demeure pas ouvert jusqu’à 18h15 quand vous fermez votre expo a 18h. partout ailleurs dans paris il y a une marge de manœuvre.(la personne en charge du vestiaire n’a aucun sens du service il me semble) a bon entendeur salut..

  • Exposition Christian Dior ce jour dimanche 27 aout 2017
    19 octobre 10:07, par FABIEN

    Bonjour, les problèmes de chaleur ont été traités. Cordialement.

  • en visite le 18 octobre
    18 octobre 17:49, par Guattari Philippe

    Ayant acheté deux places à la FNAC pour 15h00, nous avons attendu pour entrer contrairement à ce qui nous a été dit. Pas de signalétique sur le trottoir, des assistants font de leur mieux pour répondre aux questions de TOUT le monde vu que l’on ne sait pas où attendre. Dans l’exposition, des vidéos sont installées dans des passages étroits et l’on est obligé de « couper » la vue aux gens qui veulent regarder. Pas de climatisation, il fait une chaleur que je ne vous souhaite pas. Des toilettes sont en panne, il y a encore de l’attente pour celles qui fonctionnent. L’organisation laisse à désirer, on vous demande vos entrées plusieurs fois mais certains ne lisent même pas les billets. Heureusement il y a monsieur DIOR qui fait merveille, un régal pour les yeux. Bravo monsieur DIOR. PG

  • exposition dior
    2 octobre 14:33, par pascale

    Très belle exposition ! Cependant quel dommage de ne pas avoir cité une seule fois la maison LESAGE pour ses broderies magnifiques .... Si c’est un oubli je suis persuadée que vous serez rapidement y remédier et je vous en remercie pour toutes les brodeuses

  • EXCEPTIONNELLE expo !
    15 septembre 18:07, par Frédérique Archambault

    Cette exposition est exceptionnelle , certainement la plus belle expo de mode montée à ce jour ( et j’en ai vu pas mal que ce soit à Londres, Paris ou NY ) . La richesse et le nombre incalculable de modèles exposés, la scénographie , tout est superbe et inoubliable . Il est vrai que les conditions de visite de la 1 ère partie sont très difficiles car il y a trop de monde , on ne voit pas grand chose .Il faudrait limiter les entrées avec une plage horaire , car c’est vraiment dommage de passer à côté de tant de merveilles . Je rêverais d’y retourner un jour de fermeture ...

  • Expo Dior
    1er septembre 09:07

    Visite hier en nocturne : chaleur et odeurs au rendez-vous... Ceci dit, expo assez inégale, mais qui réserve de très belles surprises et des moments féériques. Bien sûr, beaucoup de monde mais c’est le prix du succès.

  • Présentation
    28 août 12:28, par herve

    J ’ai visité l’exposition jeudi soir . C’est magnifique démesuré avec une débauche de moyens de mise en scène de pièce. Dior quoi ! en revanche j ’ai trois critiques 1/ la première partie de l’exposition est un véritable four. il fait beaucoup trop chaud au risque de provoquer un malaise chez les visiteurs. j ’étais en nage 2/ l ’absence d’intervention des gardiens pour maintenir le calme et la sérénité pour une exposition de ce standing car les visiteurs sont EXTREMEMENT bruyants. ( j ’ai fait Gres Balenciaga Gaultier Alaia... je n ’ai jamais vu un tel comportement)on se croirait à un jour de solde chez H&M ou à Disney Land. j ’ai dû réclamer le silence à plusieurs reprises. il y a eu des altercations entre visiteurs. Merci de maintenir un peu d’ordre dans l’exposition svp. entre la chaleur et le bruit ca n’était plus tenable au bout de 20 minutes.ca gâche tout le plaisir. 3/ la sécurité. mon sac n ’a pas été contrôlé à la sortie et l’extinction des lumières à l’heure de fermeture alors que les salles sont pleine de visiteurs. je souhaite y retourner mais dans d’autres conditions Merci

  • Exposition Christian Dior ce jour dimanche 27 aout 2017
    27 août 18:36, par Pereire

    Bonjour, Impossible de tenir plus de 10 minutes, lors de ma visite ce jour pour l’exposition Christian Dior, tant la chaleur et l’humidité était insoutenable. J’ai appris que la climatisation ne fonctionne pas depuis plus d’un mois... C’est déplorable pour un musée Parisien aussi réputé que le musée des arts décoratifs . Au plaisir de vous lire. Cordialement.

    Mlle Pereire

  • une expo a ne pas rater
    23 août 16:53, par catherine

    Un cheminement qui reserve des surprises et un emerveillement tout le long des salles. Beaucoup d’originalité dans les presentations des robes , des accessoires. J ai decouvert la periode de jeunesse de C D et de galeriste. c etait super Il est vrai que les salles sont trop bondées, Que faire ? Faire patienter les visiteurs dehors un peu plus ou elargir les horaires (pour l expo choutkine il ya eu des ouvertures a 7h)

  • Magnifique expo Dior
    22 août 09:44, par FABIEN

    Bonjour, concernant la ventilation, nous sommes conscient du problème : les travaux d’amélioration de la ventilation sont en cours. Pour les autres points, nous faisons remonter votre message afin d’améliorer la situation. Bien cordialement. Les Arts Décoratifs

  • Exposition DIOR
    21 août 15:44, par Magali

    Une exposition féérique, magique, grandiose qui nous fait découvrir la planète Dior de ses débuts à nos jours. J’ai tout simplement adoré - un seul bémol, un musée qui ferme ses portes à 18h pour une exposition qui intéresse énormément de monde, c’est vraiment dommage !

  • Magnifique expo Dior
    21 août 14:19, par Farin

    J’ai visité hier dimanche à 15h l’expo Dior. Je l’ai trouvée superbe. Magnifiquement mise en scène, exhaustive et avec de très jolies surprises. Il faut compter au moins 3h pour bien en profiter.

    Cependant les conditions dans lesquelles j’ai visité l’exposition sont inacceptables : nous nous retrouvons très nombreux dans les couloirs sombres (du moins au début de l’expo),sans aération, sans ouverture vers l’extérieur, dans une chaleur absolument insupportable. Claustrophobes s’abstenir... De plus aucune sécurité, pas de fouille, pas de lecture du billet. La fermeture des salles se fait également bien avant 18h par un personnel pressé de terminer sa journée ce qui fait que le temps de visite parait encore plus court alors que justement cette expo mérite beaucoup de temps. J’y retournerais avec plaisir si j’étais sûre que les conditions de visite ont été améliorées.

  • Exposition Dior
    17 août 18:06, par BAZIN

    Très belle exposition Dior, vraiment très bien faite mais dommage de faire la queue pendant un moment et d’être obligée de se dépêcher pour tout voir car cela ferme à 18h enfin 17h30 en plein mois d’été même si il y a une nocturne le jeudi à 21h ! C’est bien pour les gens qui finissent tôt.Trop chaud dans les salles.Malgré les inconvénients, allez y cela en vaut la peine. C’est magnifique.

  • Exposition dior
    9 août 20:29, par Les dauphinois

    L’exposition sur Dior est superbe ! De magnifique robes bien mise en valeur . Je la conseil vivement...

  • Présentation
    18 juillet 20:17, par Claudine

    j’ai visité cet apres midi la magnifique exposition Christian Dior, malheureusement dans des conditions épouvantables de chaleur,la climatisation étant en panne depuis plusieurs jours et sans date prévue de remise en service selon un gardien. Le deuxième étage était un four.Il n’est pas acceptable de laisser ainsi s’engouffrer des centaines de visiteurs sans les avertir et leur faire subir un pareil traitement !

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50