Christian Dior, couturier du rêve

du 5 juillet 2017 au 7 janvier 2018

Le Musée des Arts Décoratifs célèbre l’anniversaire marquant les 70 ans de la création de la maison Christian Dior. Cette exposition, riche et dense, invite le visiteur à découvrir l’univers de son fondateur et des couturiers de renom qui lui ont succédé : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et tout récemment Maria Grazia Chiuri. Émotions, histoires vécues, affinités, inspirations, créations et filiations relient cette sélection de plus de 300 robes de haute couture conçues de 1947 à nos jours.

À leurs côtés, et pour la première fois de manière aussi exhaustive, sont présentés toiles d’atelier et photographies de mode, ainsi que plusieurs centaines de documents (illustrations, croquis, photographies de reportage, lettres et manuscrits, documents publicitaires…), et d’objets de mode (chapeaux, bijoux, sacs, chaussures, flacons de parfums…). Et si Christian Dior fut aussi un homme de l’art et un amoureux des musées, plus de 70 années de création dialoguent également avec tableaux, meubles et objets d’art. Ces œuvres soulignent et prolongent le regard de Christian Dior en explorant les liens qu’il a su tisser entre la couture et toutes les formes d’art, définissant l’empreinte de la maison. Les deux commissaires, Florence Müller et Olivier Gabet, ont construit leur propos selon un parcours chronologique et thématique réunissant et investissant, pour la première fois réunis ensemble, les espaces dédiés à la mode ainsi que ceux de la nef du musée, soit près de 3 000 mètres carrés.

Pratique

Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

Tél. : +33 (0)1 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides ou Tuileries
Autobus : 21, 27, 39, 48, 68, 69, 72, 81, 95

• Plan d’accès
• Horaires et tarifs


Téléchargez le dépliant de l’exposition « Christian Dior, couturier du rêve »
PDF - 2.1 Mo

Hashtag : #ChristianDior_AD

Durée de la visite : environ 2h.
Nous vous conseillons d’arriver avant 16h pour profiter pleinement de l’exposition.

Le samedi et le dimanche, l’exposition est ouverte de 11h à 19h (fermeture des caisses à 18h15 / évacuation des salles à partir de 18h45)


Le jeudi, l’exposition est ouverte de 11h à 22h (fermeture des caisses à 21h15 / évacuation des salles à partir de 21h45)


Les dimanches 24 et 31 décembre, le Musée des Arts Décoratifs et les expositions fermeront leurs portes à 17h


À partir du mardi 26 décembre, l’exposition fermera tous les soirs à 22h (fermeture des caisses à 21h15 / évacuation des salles à partir de 21h45)

Réservez vos billets

• Billetterie individuelle
• Billetterie groupes en visite libre

• Tous les créneaux mis en vente via la FNAC sont désormais complets.
• Des billets sont en vente directement aux caisses du musée pour le jour même.
• À partir du 26 décembre, nous vous conseillons de privilégier les fins de journée.

Commissaires
• Olivier GABET, Directeur des musées des Arts Décoratifs
• Florence MÜLLER, Conservateur des arts du textile et de la mode, Avenir foundation, Denver Art museum

Scénographie
• Nathalie CRINIÈRE

Graphisme
• Anamorphée

Autour de l’exposition

Visitez la page consacrée à l’exposition sur www.dior.com


Découvrez l’exposition Dior et Granville, aux sources de la légende présentée au musée Christian Dior de Granville jusqu’au 7 janvier 2018.

Exposition conçue par Les Arts Décoratifs, Paris, réalisée avec le soutien de la maison Christian Dior, grâce au généreux mécénat de la maison Swarovski

Présentation
Christian Dior, robe Opéra bouffe, haute couture automne-hiver 1956, ligne Aimant
Robe du soir en faille de soie d’Abraham. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

La précédente rétrospective parisienne consacrée à Christian Dior s’est tenue en 1987 au Musée des Arts Décoratifs. Elle était centrée sur les dix années de création du couturier, de 1947 à 1957. Pour célébrer les soixante dix ans de la Maison, cette nouvelle rétrospective montre comment Christian Dior et les six directeurs artistiques qui lui ont succédé ont conçu et construit le rayonnement d’un nom aujourd’hui synonyme de haute couture en France et dans le monde entier. Avec leur propre sensibilité, Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et aujourd’hui Maria Grazia Chiuri ont ainsi élaboré une grammaire stylistique fidèle à l’élan initial et contribué à définir l’identité de Christian Dior dans sa relation avec l’époque. Accompagnant cette évocation de la haute couture, résonnent aussi les créations de Frédéric Castet pour la haute fourrure, celles de Serge Lutens, de Tyen et de Peter Philips pour la beauté, ainsi que de François Demachy pour les parfums.

Personnage-clé de la mode du XXe siècle depuis sa collection « New Look » du printemps-été 1947, Christian Dior a profondément modifié l’image de la femme, renvoyant au passé la silhouette masculine des années de guerre. Ses robes expriment une féminité moderne, celle de sa femme-fleur, dessinant un corps aux courbes sinueuses et dont le port fait référence à la culture académique du ballet classique. Les épaules sont douces, la poitrine précisée, la taille marquée et les hanches magnifiées par l’envolée des jupes corolles. Christian Dior a, non sans scandale, relancé l’industrie textile en exigeant, après les années de pénurie de l’Occupation, l’emploi de grands métrages d’étoffe. Il a su renouer avec la tradition de la couture, redonnant une place prépondérante aux brodeurs et aux paruriers. Il a inventé une mode internationale réaffirmant le rôle séculaire de Paris comme capitale de la mode.

Christian Dior, robe Junon, haute couture automne-hiver 1949, ligne Milieu du siècle
Robe du soir en tulle brodé de paillettes par rébé. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

L’exposition s’ouvre sur un rappel de la vie de Christian Dior, son enfance à Granville, ses « années folles » de découverte de l’avant-garde de l’art et des spectacles parisiens, son apprentissage du dessin de mode et son entrée dans la haute couture. Avant de se diriger vers la mode, Christian Dior a été directeur de galerie de tableaux en association avec ses amis Jacques Bonjean, puis Pierre Colle, de 1928 à 1934. Cette activité est évoquée à travers des tableaux, sculptures et documents rappelant une programmation éclectique, dans laquelle la génération des artistes déjà célèbres rencontrait les jeunes artistes de la génération de Dior. Parmi ces derniers figuraient Giacometti, Dalí, Calder, Leonor Fini, Max Jacob, Jean Cocteau ou Christian Bérard. Amateur d’antiquités et d’objets d’art, collectionneur d’Art nouveau et décorateur passionné par le XVIIIe siècle, amoureux des jardins, il a puisé dans toutes ces sources tant pour agrémenter ses résidences privées que pour définir l’esthétique de sa maison de couture et de ses créations. On découvre, en effet, que ses robes sont empreintes de références à la peinture, à la sculpture, mais aussi à tout ce qui compose l’art de vivre : papiers peints, étoffes, porcelaines ou chinoiseries.

Toutes ces thématiques créatives, sur lesquelles ses successeurs sont revenus comme sur des leitmotivs, sont tour à tour dévoilées : l’art et la photographie, la profusion des couleurs et des textures, l’élégance stricte parisienne, la référence au décor néoclassique, les trésors de l’exotisme, la fascination pour le thème floral. Ces thèmes sont mis en scène par Nathalie Crinière, dans des ambiances évoquant successivement une galerie d’art, un atelier, une rue, un boudoir, les voyages, ou encore un jardin merveilleux. Tout au long de l’exposition, tableaux, sculptures et objets d’arts décoratifs éclairent les goûts et sources d’inspiration du couturier, selon une sensibilité partagée par les directeurs artistiques qui lui ont succédé.

La visite se poursuit dans la nef par un parcours chronologique de 1947 à 2017 montrant l’élan fondateur et l’héritage de l’esprit Dior à travers les décennies. La silhouette du tailleur Bar caractéristique du « New Look », inaugure cette traversée du temps. Cet ensemble en noir et blanc concentre toute la nouveauté de l’esthétique Dior qui frappe le coup d’envoi des trente glorieuses de la mode. Depuis, ce tailleur a hanté l’imaginaire de la mode et de nombreux couturiers et créateurs.

Raf Simons pour Christian Dior, haute couture automne-hiver 2012
Robe du soir en satin duchesse jaune imprimé chaîne d’après la peinture sP178 de sterling ruby. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

Mais la permanence de l’esprit de Christian Dior tient aussi aux différents directeurs artistiques qui ont pris la relève du couturier après sa disparition en 1957. Une succession de six galeries leur est dédiée pour décrypter comment leur propre création s’inscrit dans la poursuite de cette vision de la haute couture. Au choix risqué du tout jeune Saint Laurent succède la réaction rationnelle de la nomination de Marc Bohan. Puis c’est l’arrivée flamboyante de Gianfranco Ferré, puis celle à grand fracas du punk de la mode John Galliano, l’affirmation « minimaliste » de Raf Simons et, enfin, le choix d’une femme, Maria Grazia Chiuri et de sa vision engagée de la féminité.

Les savoir-faire et la technique, sans lesquels la haute couture ne saurait exister, sont mis en scène dans un atelier où des ouvrières sont à l’ouvrage, entourées de mannequins de couturières, de croquis et de toiles. Une galerie propose un résumé de l’évolution de la ligne et de l’allure Dior depuis 1947, illustrée de robes et d’extraits de films ou de vidéos de défilés.

Gianfranco Ferré pour Christian Dior, robe Palladio, haute couture printemps-été 1992, collection Au vent léger d’un été
Longue robe fourreau en georgette de soie plissée et brodée. Paris, Dior héritage.
© Photo Les Arts Décoratifs / Nicholas Alan Cope

Le parcours s’achève dans le cadre somptueux de la nef, décorée telle une salle de bal pour une présentation des robes du soir les plus fastueuses, parmi lesquelles brillent de nombreuses créations réunies pour la première fois à Paris. Certaines ont été portées par des clientes célèbres qui ont contribué au rayonnement de la maison Christian Dior, de la princesse Grace de Monaco à Lady Diana, de Charlize Theron à Jennifer Lawrence. Révélation inédite, résultat de recherches menées pour ce projet, parmi ces toilettes de grand bal figure une robe baptisée Soirée brillante qui a défilé du temps de Christian Dior au Musée des Arts Décoratifs en novembre 1955.

À l’occasion d’une exposition présentant les grands ébénistes français du XVIIIe siècle, Christian Dior comptait au nombre des prêteurs, et l’inauguration prit la tournure d’un événement culturel, mondain et élégant grâce à la présence de ses propres créations. Ce jour-là, des mannequins de la maison Dior déambulaient en robe du soir, prenant la pose parmi les meubles et objets d’art. Une façon d’affirmer, en ce mercredi 30 novembre 1955, la place naturelle qu’occupent les ornements de la féminité au cœur des arts appliqués et le rôle prépondérant joué par Christian Dior dans l’histoire des arts décoratifs.

Pour cet ambitieux projet, la plupart des œuvres présentées sont issues du fonds Dior Héritage, le plus souvent jamais vues à Paris, auxquelles s’ajoutent les prêts exceptionnels provenant des collections du Musée des Arts Décoratifs et de l’Union française des Arts du costume, du Palais Galliera, du Costume Institute au Metropolitan Museum of Art de New York, du Victoria and Albert Museum de Londres, du De Young Museum de San Francisco, de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, du Museum of London, du musée Christian Dior de Granville, ainsi que des œuvres d’art prestigieuses, de tout temps et de toute époque, provenant des collections du musée du Louvre, du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie, du Château de Versailles, du Centre Pompidou, du Musée des Arts Décoratifs et de nombreuses collections particulières.

« L’essence de la couture », par Florence Müller
Arik Nepo, modèle de la collection haute couture automne-hiver 1948, ligne Ailée
Vogue Paris, octobre 1948
© Arik Nepo / Vogue Paris

Christian Dior, en offrant à la mode un futur optimiste, se révèle aux yeux du monde le nouveau héros de l’après-guerre, le Français dont la gloire surpasse même le prestige du général de Gaulle. Les Américains, qui dès 1947 le découvrent dans une tournée triomphale à travers les États-Unis, l’ovationnent, reconnaissant en lui le « produit de trois siècles d’élégance qui remonte au règne de Louis XVI ». La mode, souffrant d’une stagnation en cette époque soumise encore aux tickets de rationnement, ne suscite plus de désir et de renouveau.

Christian Dior va lui donner le souffle de l’espoir d’un monde meilleur où les femmes pourront en toute insouciance se faire belles et désirables. […]

Henri Cartier-Bresson, le mannequin Alla revêt la robe May dans la cabine lors de la Première, 1953
© Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos

En 1947, Christian Dior accomplit une relance de la prospérité de la haute couture française. Sa vision de l’élégance se manifeste dans une générosité de matières, d’ornements et de formes inédites. Un modèle réussi est qualifié de véritable peinture ! Neiman Marcus, en lui remettant l’Oscar de la mode, a bien compris que les jupes longues du New Look – qui comptent entre 9 mètres de tissu pour un modèle sport et 40 mètres pour une robe de jour – vont faire bénéficier de leurs largesses l’ensemble des métiers de la mode. La maison Dior représente bientôt à elle seule plus de la moitié des exportations de la haute couture. À l’étranger, elle incarne la quintessence du goût et de l’art de vivre à la française. […]

La couture selon Dior sera « cultivée », « artistique », mesurée, typique de l’esprit classique, mais relevée d’audaces caractéristiques du baroque français. […]

William Klein, « Dorothy + Little Bara with a cello, Paris 1960 », robe Moderato Cantabile, collection haute couture automne-hiver 1960, ligne Souplesse, légèreté, vie
Vogue US, 15 septembre 1960, modèles Dorothy McGowan et Little Bara
© William Klein

Dans une joute permanente, nature et artifice se renforcent mutuellement. « Le corps de la femme étant sa base, l’art du couturier est d’établir et de proportionner sur celui-ci un ensemble de volumes qui en exalteront les formes. » De cet exercice structurel naît la notion de ligne. En communiquant sur ces lignes qui incarnent la nouveauté de chaque saison, Dior invente un nouveau dialogue avec la presse. […] Dior sait aussi tempérer ce goût du sensationnel par l’expression de la douceur et de la simplicité.

Le New Look est la silhouette d’une femme-fleur dont la démarche, avec le balancement de la jupe en corolle, possède le charme d’une ballerine. « Après la femme, les fleurs sont les créations les plus divines », dit le couturier, dont la vision de la féminité est inspirée de son amour immodéré des jardins et des parterres de roses. […] Sa vision tout à la fois spectaculaire et mesurée assure à la maison un succès immédiat, rare dans l’histoire de la mode. […]

Les héritiers vont reprendre à leur compte le désir de Dior de « rendre les femmes belles pour les rendre heureuses ».

Michal Pudelka, robe Baiser rouge, collection haute couture printemps-été 2017, modèle Ruth Bell
© Michal Pudelka

La permanence de l’esprit Dior, équilibre d’élégance, de faste et de simplicité, est interprétée dans l’impermanence des créations des directeurs artistiques successifs. Toutes les nominations se font par rupture radicale, mais toujours dans le respect du geste fondateur.

Au choix risqué du tout jeune Saint Laurent succède la réaction rationnelle, avec la nomination de Marc Bohan. Puis c’est l’arrivée flamboyante de Gianfranco Ferré, l’entrée à grand fracas du punk de la mode John Galliano, la réaction « minimaliste » de Raf Simons, et enfin le choix inattendu d’une femme engagée dans le « Girl Power », Maria Grazia Chiuri.

« Christian Dior, visite imaginaire au musée », par Olivier Gabet
Brassaï, Christian Dior dans son appartement du 10, rue Royale à Paris, fin 1946-début 1947
Granville, musée Dior, fonds Catherine Dior
© Estate Brassaï - RMN-Grand Palais

Concevoir l’œuvre de Christian Dior au sein du musée, comme dans l’histoire de l’art, rien ne semble aujourd’hui plus légitime. Qu’il ait écrit sur lui-même – et dans ce registre, son livre Christian Dior et moi reste un exercice de style d’une rare sincérité – ou que biographes et auteurs aient exploré les archives le concernant, se précisent distinctement certains aspects d’un possible portrait, Christian Dior le couturier, le galeriste à l’intuition géniale, l’écrivain et conférencier brillant capable de captiver la Sorbonne, Christian Dior le visionnaire de la mode de l’après-guerre, le passionné de décoration, l’acteur discret d’une vie mondaine brillante, celle d’une Café Society en pleine ébullition.

Christian Dior et moi apparaît comme le miroir assez exact à la surface duquel affleurent les reflets d’une culture personnelle solide, mêlant les sentiments et le goût d’une époque et d’un milieu aux citations évocatrices, ici d’un peintre, là d’un architecte. […]

Le musée des Arts décoratifs dans les années 1930
© Les Arts Décoratifs, Paris

Sans nul doute, le Musée des Arts Décoratifs est pour Christian Dior le musée selon son cœur, tant sont nombreuses les notations décoratives pleines d’acuité dans sa description de la maison de son enfance granvillaise, le japonisme ambiant, comme dans celles subséquentes de ses différentes adresses parisiennes, jusqu’au programme architectural du 30, avenue Montaigne. Le statut associatif du musée l’apparente plus aux délices de la vie mondaine parisienne que la plupart des musées nationaux : dans son conseil d’administration se côtoient autant de hauts fonctionnaires que de représentants remarquables de l’élite sociale, dans laquelle le Dior galeriste recrute ses clients et le Dior couturier ses admiratrices. […]

Salle de l’exposition « Décor de la vie en 1900-1925 » au musée des Arts décoratifs, 1937
© Les Arts Décoratifs, Paris

D’autres de ses relations s’y rattachent encore au fil des années, comme son ami Emilio Terry, architecte et tenant de ce style Louis XVI, néoclassicisme teinté de fantaisies surréalistes. Christian Dior l’expose à la galerie Bonjean en 1933, à travers tout un ensemble de dessins et de maquettes, dont la maison-colimaçon que Salvador Dalí fait figurer l’année suivante dans son portrait de Terry. Cette maquette devenue fameuse est présentée en 1936 au MoMA à New York dans l’exposition « Fantastic Art, Dada and Surrealism », et donnée en 1965 par Terry au Musée des Arts Décoratifs…

Étonnant est le faisceau de rapprochements entre les œuvres des collections du Musée des Arts Décoratifs et leur citation ou leur présence directe dans l’univers créatif ou familier du couturier.

« L’appartement de Christian Dior », par Patrick Mauriès
Frank Scherschel, Christian Dior dans son appartement du 10, rue Royale à Paris, 1947
© Gettyimages / Frank Scherschel

La mémoire de Dior est essentiellement une mémoire de formes, de couleurs, de textures, d’espaces, de mobilier et d’objets ; l’évocation de son propre parcours passe d’abord par celle des pièces qu’il a traversées – et qui fondent en retour son approche du style. […]

Car si Dior eut le goût de l’architecture et des maisons avant d’avoir celui de la couture, il eut aussi, au point de s’y risquer, celui de la peinture.

On oublie souvent qu’une fois acquittées ses obligations militaires il s’associa, sollicitant le support contrarié de ses parents, avec un autre de ses amis, Jacques Bonjean, « pour ouvrir une petite galerie au fond d’une impasse assez sordide de la rue La Boétie ». Sobre et relativement éphémère, cette galerie a son importance dans l’histoire de l’art moderne et il reste à écrire l’histoire du rôle discret, mais non négligeable, que Dior et Bonjean jouèrent, avec Pierre Colle, ancien disciple de Max Jacob devenu galeriste d’exception, dans l’économie artistique de la période. […]

L’appartement du boulevard Jules-Sandeau prend place, dans la biographie de Dior, entre deux intérieurs répondant à des moments, des besoins et des usages différents, qui s’éclairent réciproquement.

Le moulin du Coudret, à Milly-la-Forêt, établit un lien naturel avec l’enfance provinciale et le souvenir de séjours à la campagne : regroupement de communs, de granges et d’écuries autour d’une cour en forme de fer à cheval, le domaine exauçait le rêve « d’une habitation semblable à ces maisons de province, à ces couvents blanchis à la chaux, à ces parloirs bien astiqués où l’on m’amenait enfant visiter de vieilles parentes, et dont je gardais un souvenir attendri ». Le charme du moulin tenait aussi à son jardin (« que je voulais aussi simple, aussi modeste que les jardinets qui, dans ma chère Normandie, bordent au long des routes les maisons des paysans ») dont il avait fallu gagner la surface à grand-peine sur les marécages et la forêt.

À cet enclos de fleurs répond, dans le temps, et l’espace, le miroir d’eau de 48 mètres carrés et le champ de 50 hectares du château de La Colle Noire que Dior acheta en 1950, près du village de Callian dans le Var, non loin d’un endroit où son père avait vécu.

Vue aérienne de La Colle Noire, maison de Christian Dior à Montauroux (Var)
© Christian Dior

Une fois encore, il était essentiel de retrouver l’impression de vécu, de transformations advenues au fil du temps, de mobilier et d’objets déposés là par des générations successives que cherchait partout le maître des lieux.

Eugene Kammerman, le mannequin Renée Breton défilant dans le grand salon du 30, avenue Montaigne, 1953
© Eugène Kammerman / Gamma-Rapho

En regard de ces deux lieux de récréation, symétriques dans le temps, et de ceux de représentation – les salons de l’avenue Montaigne –, les appartements du boulevard Jules-Sandeau représentent les véritables quartiers d’habitation, « une maison bien à moi », « aussi parisienne et cossue que le moulin était rustique et dépouillé ».

Antre aux mélanges savants, dont les éléments disparates s’exaltent réciproquement : « Un dessin de Matisse devait y côtoyer la tapisserie gothique, le bronze de la Renaissance, le primitif précolombien, le meuble de Jacob ou le vermicelle de Majorelle. »

Les jardins Dior

« Après la femme, les fleurs sont les créations les plus divines. »
Christian Dior

Le parfum de l’enfance est le plus délicat de tous. Pour Christian Dior, il prend racine dans le jardin familial de Granville, au sommet des falaises de la côte normande, bordé par la Manche et balayé par les vents. C’est dans cette oasis bucolique créée par sa mère Madeleine que Christian Dior goûte à un bout de paradis et offre aux fleurs une place particulière : elles le suivront toute sa vie. Le jeune garçon se plonge dans les catalogues Vilmorin-Andrieux qui lui apprennent tout de celles qu’il souhaite apprivoiser. Lorsque le destin l’appelle dans le monde de la couture, il se souvient du parfum des fleurs de son enfance et les invite à rejoindre ses collections : elles lui apporteront le succès avec le New Look et cette silhouette de femme-fleur à la jupe ample en corolle et au buste étroit en calice. Des fleurs qui définissent le style Dior avec justesse et évidence, par des robes à semis ou bouquets, des broderies de fleurs des champs ou encore des drapés en forme de rose, comme dans le modèle Opéra Bouffe.

Claude Monet, Le Jardin de l’artiste à Giverny, 1900
Huile sur toile, Paris, Musée d’Orsay
© RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

À la façon des peintres impressionnistes, Christian Dior dessine ses nouveaux modèles dans son jardin de Milly-la-Forêt ou celui de son château de La Colle Noire, entouré de ses muses silencieuses.

Parfum Miss Dior, 1947
© Philippe Schlienger

Jardiniers dans l’âme, Marc Bohan, Gianfranco Ferré et John Galliano fleuriront à leur tour les collections de la maison Dior, révélant des jeunes pousses avec audace, éclat et savoir-faire. Une virtuosité dont fait preuve également Raf Simons dès son premier défilé haute couture, en disposant sur des robes double face, d’un côté des semis de fleurs en broderies traditionnelles et de l’autre des ornements floraux contemporains. Maria Grazia Chiuri fait quant à elle défiler ses robes de jeunes filles en fleurs dans des jardins enchantés. Sur des robes de bal aériennes, elle dépose de subtils bouquets composés de pétales de soie teints à la main et semblant surgir d’un herbier. Chez Dior, la subtilité des savoir-faire permet de traduire en haute couture la délicatesse des fleurs.

Les affinités artistiques
Man Ray, vue de l’exposition « Exposition surréaliste : sculptures, objets, peintures, dessins » à la Galerie Pierre Colle, juin 1933 / Salvador Dali, Buste rétrospectif d’une femme et La Chaise atmosphérique, 1933
© Man Ray Trust / Adagp, Paris, 2017 / © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dali / Adagp, Paris, 2017

Lors de l’inauguration de sa maison de couture en 1947, de nombreux artistes et collectionneurs sont venus admirer les créations de celui qu’ils avaient connu galeriste quelques années auparavant. Christian Dior se souvient des artistes et des jeunes talents qu’il exposait dans ses galeries en dessinant ses premières robes haute couture, inspirées par les œuvres de Picasso, Braque ou encore Bérard. Un lien qui se poursuit tout au long de l’histoire de la Maison et que Monsieur Dior lègue à ses successeurs.

Ainsi, pour sa collection de 1984, Marc Bohan réinterprète le drip painting de Jackson Pollock et, en 1995, Gianfranco Ferré traduit en couture la figure de l’Arlequin de Cézanne.

John Galliano pour Christian Dior, collection haute couture printemps-été 1999
Robe longue sirène en crêpe, bretelles drapées, motifs de gants en crêpe, Paris, Dior Héritage
© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

Sous l’ère John Galliano, les allusions artistiques se font également nombreuses, notamment avec l’ensemble Shéhérazade de 1998 qui fait écho à l’orientalisme de Léon Bakst et des Ballets russes. Le créateur britannique évoque le surréalisme et se penche sur l’amitié de Christian Dior avec Dalí et Jean Cocteau. À travers ses collections, il célèbre Picasso avec un costume d’Arlequin qui évoque les périodes bleue et rose de l’artiste espagnol, et rend hommage à Christian Bérard et à ses traits vifs rehaussés de noir.

Raf Simons se rapproche à son tour de l’art contemporain par une collaboration avec l’artiste californien Sterling Ruby. Ensemble, ils revisitent la série des Spray Paintings en une collection de robes où la couche picturale est transposée en satin imprimé sur chaîne. Le créateur belge poursuit son exploration de l’art avec deux robes aux couleurs pastel, inspirées de l’œuvre de l’artiste américaine Agnes Martin.

Trianon
Présentoir Miss Dior, inspiré du « Temple de l’amour » au Petit Trianon de Versailles, 1950
© Philippe Schlienger

Admiratif du XVIIIe siècle, Christian Dior est souvent revenu sur cette époque qui lui rappelait son enfance. Les salons de la maison familiale de Granville et de l’appartement parisien occupé par les Dior étaient tous deux décorés dans un style néo-XVIIIe siècle. Lorsqu’il prend possession de l’hôtel particulier du 30, avenue Montaigne, Christian Dior fait appel à son ami architecte et décorateur Victor Grandpierre. Ensemble, ils conçoivent l’intérieur de style néo-classique que le couturier estime être l’écrin parfait pour ses collections, la toile de fond idéale pour ses robes.

Passée la façade néo-classique, les clientes sont plongées dans un univers d’élégante sobriété, composé de moulures blanches et de boiseries gris Trianon, de fauteuils à médaillon néo-Louis XVI et de cadres ornés de nœuds à la Fontanges : tout n’y est qu’harmonie et subtilité. Pour la boutique Colifichets du rez-de-chaussée, l’artiste Christian Bérard, ami et alter ego artistique de Dior, apporte son sens de la mise en scène précieuse mais sans prétention. La boutique est tapissée de toile de Jouy et aménagée à la manière des magasins de frivolités, avec des comptoirs, des fauteuils de style Louis XVI et un amas artistement disposé de cartons à chapeaux Dior. Cette atmosphère lumineuse et fraîche, hommage au siècle des Lumières, règne partout : dans les salons, dans les couloirs ou encore dans les salons d’essayage.

Élisabeth Louise Vigée Le Brun, Gabrielle Yolande Claude Martine de Polastron, duchesse de Polignac, 1782
Huile sur toile, Versailles, Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Christian Dior et ses successeurs citeront souvent dans des relectures contemporaines le style des tenues arborées par Marie-Antoinette au Petit Trianon. Pour mettre en scène les parfums Dior, Victor Grandpierre a recours à des citations similaires, notamment avec un présentoir inspiré du temple de l’Amour érigé au milieu du jardin anglais de la reine à Trianon. Christian Dior porte un regard tendre sur ces femmes d’avant la Révolution française, que l’on peut encore admirer dans les tableaux de Mme Vigée Le Brun, la portraitiste favorite de la souveraine.

Le bal Dior
Franz Xaver Winterhalter, Madame Rimsky Korsakov, 1864
Huile sur toile, Paris, Musée d’Orsay
© Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Vénus, Junon, Coup de théâtre, Soirée brillante… Leurs noms sonnent comme des éclats et leurs styles flamboyants assurent aux femmes des entrées de bal spectaculaires. Pleines de grâce, d’audace et d’élégance, ces robes de bal participent à la renaissance de la vie mondaine de l’après-guerre et révèlent toute la créativité de Christian Dior. Hors des frontières de la haute couture, le couturier aime aussi dessiner des costumes de bal à thème, à l’instar des costumes de l’Entrée des Géants, imaginés avec son ami Salvador Dalí à l’occasion du Bal du Siècle organisé par Charles de Beistegui au palais Labia en 1951.

Grand amateur de ces soirées fastueuses, Dior se distingue en incarnant des personnages à la hauteur de sa fantaisie : il se fait roi de la jungle au bal des Rois et des Reines d’Étienne de Beaumont en 1949 ou se transforme en Barbey d’Aurevilly pour le bal des Artistes chez les Noailles en 1956.

John Galliano le rejoindra dans cette passion pour le costume et la transformation de son propre personnage : en juillet 2007, il fait de l’Orangerie de Versailles le théâtre d’un défilé sur le thème du bal des Artistes et célèbre ainsi les 60 ans de la Maison. Tous les top models, de Naomi Campbell et Helena Christensen à Linda Evangelista, y défilent dans des robes inspirées des tableaux de Renoir, du Greco ou encore de Michel-Ange.

Maria Grazia Chiuri pour Christian Dior, robe New Junon, collection haute couture printemps-été 2017
© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

À son arrivée à la tête de la direction artistique de la Maison, Maria Grazia Chiuri saisit l’importance des bals non seulement pour l’histoire de Dior mais aussi pour son fondateur. Lors de son premier défilé, les jardins du musée Rodin se transforment en un labyrinthe, le temps d’une soirée où les robes vaporeuses virevoltent et font tourner les têtes. L’une d’elles, baptisée New Junon et parsemée de délicats pétales plissés aux tons pastel, rappelle l’un des modèles mythiques de la collection dite Milieu de siècle de l’hiver 1949, dédié à la déesse de l’Antiquité, reine des dieux.

Le tour du monde en Dior

De la fenêtre de sa chambre d’enfant, Christian Dior contemple le grand large et rêve peut-être à des voyages lointains. L’Angleterre est le premier pays qui l’attire dès sa jeunesse.

Christian Dior, robe Palmyre, collection haute couture automne-hiver 1952, ligne Profilée
Robe du soir en satin de Robert Perrier brodée de cristaux Swarovski, de fils métalliques, de pierreries, de perles et de paillettes par Ginesty, Paris, Dior Héritage
© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Nicholas Alan Cope

Après une première exploration de la Russie en 1931, Christian Dior étend sa découverte du monde aux États-Unis en 1948. Cette année-là, l’Oscar de la Mode lui est remis par Neiman Marcus à Dallas, et de là, le couturier mène une tournée triomphale à travers le continent américain, évoquant le succès retentissant du New Look outre-Atlantique.

L’art et la culture des cinq continents apportent à Christian Dior et à ses successeurs de nombreuses sources d’inspiration. John Galliano et Raf Simons s’intéressent à l’art ornemental africain et aux parures traditionnelles Masai.

Peter Lindbergh, robes Kusudi et Kitu, collection haute couture printemps-été 1997
Modèles : Kiara Kabukuru et Debra Shaw
© Peter Lindbergh

Marc Bohan et John Galliano réinterprètent l’Antiquité égyptienne. Christian Dior rend hommage à la calligraphie et au costume chinois. John Galliano dédie toute sa collection de l’été 2003 aux rencontres entre Extrême-Orient et Occident. Le shibori, les fukusa, le kimono, le nœud d’obi, la peinture d’Hokusai ou les cerisiers en fleurs sont autant de thèmes emblématiques du Japon que revisitent Christian Dior, John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri.

Des Amériques, Christian Dior et John Galliano évoquent le Mexique ou le Pérou, dans les tonalités vives de l’art inca ou sombres des conquistadors. Parmi les abondantes évocations de l’art européen, Christian Dior et Yves Saint Laurent reviennent souvent sur les sujets de la peinture espagnole, de Goya à Zurbaràn.

Stars en Dior

« Mes robes font de chaque femme une princesse. »
Christian Dior

Mark Shaw, Elizabeth Taylor en robe Soirée à Rio, collection haute couture printemps-été 1961
Slim Look
© Mark Shaw / mptvimages.com

Élue par les actrices de cinéma depuis son ouverture, la maison Dior les séduit par des créations à la grâce audacieuse, qui les aident à tenir leur rang de stars. Rita Hayworth, Marlene Dietrich et Olivia de Havilland font très tôt de Christian Dior le couturier du rêve hollywoodien. Les créations Dior composent les différentes facettes de cette femme singulière, incarnée sur les tapis rouges du monde entier par Ava Gardner, Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor, Lauren Bacall, Ingrid Bergman, Brigitte Bardot, Sophia Loren, Isabelle Adjani, Monica Bellucci ou encore Sharon Stone.

Résolument actuelle, la maison Dior habille également des actrices de la jeune génération, devenues pour l’occasion ses nouvelles ambassadrices : Charlize Theron, Natalie Portman, Nicole Kidman, Drew Barrymore, Sarah Jessica Parker, Marion Cotillard, Emma Stone, Jennifer Lawrence, Emma Watson, Rihanna ou Felicity Jones. Ce lien avec le cinéma se poursuit à travers une filmographie riche d’une centaine de films, réalisés par de grands noms du cinéma tels que Luis Buñuel, Stanley Donen, Terence Young, Jean-Luc Godard, Charlie Chaplin, François Truffaut, Costa-Gavras, Claude Lelouch, Pedro Almodovar ou encore Woody Allen.

Christopher Polk, Jennifer Lawrence recevant l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans le film Happiness Therapy, 2013
© Gettyimages / Christopher Polk

Depuis soixante-dix ans, les tenues portées par les reines, princesses ou premières dames, font naître des images légendaires. La duchesse de Windsor, la princesse Margaret, Jackie Kennedy, Farah Diba, Grace de Monaco ou Carla Bruni-Sarkozy ont toutes contribué à faire rayonner l’élégance française selon Dior dans le monde entier. Parmi elles, Lady Diana restera éternellement liée à la maison Dior. En décembre 1996, la princesse de Galles ose une robe en négligé lors de la soirée du Metropolitan Museum of Art à New York. À son bras, le Lady Dior. Renommé en son honneur, ce sac fera d’elle une icône de mode incontestable.

Le New Look

En 1947, pour sa première collection haute couture, Christian Dior dévoile une vision révolutionnaire qui va radicalement redéfinir l’allure trop masculine des femmes de l’après-guerre. À l’issue du défilé, Carmel Snow, rédactrice en chef de Harper’s Bazaar, s’exclame : « Dear Christian, your dresses have such a New Look ! » L’expression New Look reste dès lors attachée à cette collection qui se distingue par deux silhouettes dominantes, Corolle et En 8. La première se compose de jupes amples comme une corolle, l’autre, de jupes étroites comme la tige d’une fleur.

Toutes deux ont des bustes épanouis, des tailles fines comme des lianes, des épaules douces et les hanches sculptées. Modèle phare du New Look, le tailleur Bar s’impose comme le manifeste de cette mode nouvelle célébrant la femme-fleur tout en courbes. Le nom de cet ensemble fait référence au bar du Plaza Athénée, palace voisin de la maison Dior et passage obligé des élégantes. La générosité des proportions, l’architecture affirmée et l’allure dansante du New Look expriment l’esprit d’une époque de renouveau et de reconstruction.

Le tailleur Bar est un véritable monument qui s’impose au monde de la mode en 1947 et traverse le temps, restant aujourd’hui encore une icône de l’histoire de la couture.

Des créations de contemporains de Christian Dior, ainsi que de designers actuels témoignent ici de l’influence du New Look en Europe ou aux États-Unis. Au fil des décennies, la veste Bar sera réinterprétée par les directeurs artistiques de la maison Dior en hommage au fondateur.

Aurore Boréale : Une pierre iconique pour un créateur de rêve

« On ne peut pas se tromper en s’inspirant de la nature. » Christian Dior

Pierre Aurore Boréale
© Swarovski Corporate Archives

Swarovski est honoré de s’associer aux Arts Décoratifs à l’occasion de la rétrospective « Dior, Couturier du Rêve » qui rend hommage à l’immense talent de Monsieur Dior ainsi qu’à la créativité et l’influence sans précédent de la Maison Dior depuis 70 ans.

Swarovski s’engage aux côtés des plus grands couturiers, au service de la créativité et des métiers d’art, depuis plus de 120 ans. La maison familiale est créée en 1895 par Daniel Swarovski, visionnaire et entrepreneur, au même moment que la naissance de la Haute Couture à Paris.

Dans ses ateliers en bohème puis dans les alpes autrichiennes, il imagine une machine capable de tailler le cristal comme une pierre. Une pierre impeccable, dont chaque facette se caractérise par des arêtes nettes et taillées au micron près. Le degré de perfection atteint est tel, que le cristal scintille de mille feux et pourrait presque passer pour un diamant.

Daniel Swarovski lie alors son destin à celui de la mode en apportant un nouveau composant créatif et glamour aux collections des premiers grands noms de la Haute Couture parisienne, tel que Monsieur Dior et son New Look révolutionnaire.

En 1947, Christian Dior imagine en effet un total look visionnaire et féminin, une nouvelle vision du luxe qui donne ses lettres de noblesse aux accessoires. Convaincu que la beauté et le style du bijou comptent plus que sa valeur, il ouvre la voie à une nouvelle tendance : une bijouterie à la fois extrêmement raffinée et accessible. Ce rapprochement entre le bijou et la mode n’est rendu possible que grâce à l’abondance des cristaux Swarovski : gouttes translucides, pierres colorées serties, luxuriantes cascades de perles…

En 1956, Manfred Swarovski, petit-fils du fondateur, travaille avec Monsieur Dior à la création d’une pierre personnalisée à la couleur unique, symbole de la vision du désormais célèbre couturier. La rencontre de ces deux grands hommes, tous deux portés par une quête de nouveauté et de perfection, conduit à un résultat extraordinaire : la création d’un cristal aux reflets chatoyants et à la couleur très particulière évoquant les nuances du pôle Nord. Une micro couche de métal bleu, vaporisée sur les facettes inférieures de la pierre, produit une irisation flamboyante et des reflets arc-en-ciel. La pierre spectaculaire et magnifique, presque mythique, fut baptisée Aurore Boréale, ou plus communément AB, en référence aux lumières nordiques.

Le succès fut tel que ce cristal devint un véritable phénomène de mode. La théâtralité et l’originalité de cette pierre arc-en-ciel, mais également sa capacité à sublimer les tissus et les couleurs, fit sa renommée. Les bijoux Dior se parent alors de cristal, les broderies s’anoblissent, les galons, les manches et les traînes de ses robes du soir se cristallisent.

“Les colliers se renouvellent de plusieurs nouveautés marquantes : les pierres “Aurore Boréale” dont les reflets irisés sont à la fois vifs et discrets et s’assortissent à toutes les couleurs […] ». Extrait du Communiqué de Presse, Collection Haute Couture Automne Hiver 1955-1956

Le scintillement du cristal sublime le mouvement, pour créer une allure élégante et glamour. Son éclat sobre et délicat pare les femmes d’une touche de féminité supplémentaire. L’histoire d’amour entre le monde de la Mode et Aurore Boréale atteint son apogée à la fin des années 50 et se poursuit pendant les années 60.

Lanel pour Christian Dior, 1964
© Swarovski Corporate Archive

La success story d’Aurore Boréale est encore aujourd’hui l’un des symboles le plus fort des liens historiques entre Swarovski et le monde de la couture. Depuis 70 ans, Swarovski a fourni des millions de cristaux à la célèbre Maison de couture, et a collaboré avec chacun de ses 7 directeurs artistiques : Christian Dior, Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et Maria Grazia Chiuri. La multitude des couleurs, des tailles et des effets différents des cristaux Swarovski leur ont permis de créer des centaines de pièces à couper le souffle ; chacun adaptant son style et sa vision de la Maison, repoussant toujours les limites de l’artisanat et de la créativité.

Pendant plus d’un demi-siècle, ils ont créé des collections plus éblouissantes et exceptionnelles les unes que les autres. Swarovski est fier qu’une partie de ces pièces exceptionnelles soient exposées aujourd’hui dans cette magnifique exposition et que l’on rende hommage à l’histoire commune de deux maisons innovantes et avant-gardistes, telles que Swarovski et Dior.

Activités proposées autour de l’exposition

Activités pour le public adulte

VISITES GUIDÉES

Visite guidée : Christian Dior, couturier du rêve

Le musée des Arts décoratifs célèbre l’anniversaire marquant les 70 ans de la création de la maison Christian Dior. Cette exposition, riche et dense, invite le visiteur à découvrir l’univers de son fondateur et des couturiers de renom qui lui ont succédé.

Jeudi 21 décembre 2017 de 19:00 à 20:30 Réserver
Samedi 23 décembre 2017 de 15:30 à 17:00 Réserver
Jeudi 28 décembre 2017 de 14:30 à 16:00 Réserver
Samedi 30 décembre 2017 de 15:30 à 17:00 Réserver
Jeudi 4 janvier 2018 de 14:30 à 16:00 Réserver
Samedi 6 janvier 2018 de 11:30 à 13:00 Réserver

Visite guidée : Christian Dior, couturier du rêve (en anglais)

Pour l’exposition Christian Dior, des visites guidées en anglais sont programmées afin de permettre au public étranger et anglophone de profiter des visites, les premiers jeudi et samedi de chaque mois à partir de septembre.

Samedi 16 décembre 2017 de 15:00 à 16:30 Réserver
Jeudi 28 décembre 2017 de 18:00 à 19:30 Réserver
Jeudi 4 janvier 2018 de 19:00 à 20:30 Réserver
Samedi 6 janvier 2018 de 15:00 à 16:30 Réserver

CONFÉRENCE

Pas de dates prochainement

Activités pour les 18-25 ans

Soirée Lézard 18-25 ans : Christian Dior, couturier du rêve

Parcours découverte de l’exposition Christian Dior, couturier du rêve avec les étudiants du DSAA Événementiel et médiation de l’école Boulle.

La soirée « Vivez lézard ! » est une invitation réservée aux 18-25 ans pour découvrir gratuitement, en nocturne, une exposition des Arts Décoratifs. Lors de chaque soirée, des conférenciers vous font découvrir l’exposition et répondent à vos questions de 18h30 à 20h30.

Inscriptions : www.weezevent.com/soiree-vivez-lezard-j-adior

Jeudi 21 décembre 2017 de 18:30 à 20:30

Activités pour jeunes et en famille

ATELIERS
La visite est suivie d’une application pratique destinée à mieux faire comprendre les gestes, les matériaux et les lignes des arts décoratifs, de la mode ou de la publicité. L’atelier est animé par un conférencier des Arts Décoratifs ou un professionnel invité, créateur, designer, styliste, graphiste.

Tarif : 12 € / personne
Durée : 2h
15 personnes max.
Réservation obligatoire au 01 44 55 59 25/59 75 ou par courriel : jeune@lesartsdecoratifs.fr

Atelier 7-10 ans : Colorama Dior

Invitation à découvrir le travail de styliste, cet atelier propose par le dessin, l’aquarelle, le pastel et encore le collage, la réalisation d’un nuancier composé d’échantillons de couleurs et de textures mais aussi de représentations d’objets de mode.

Mardi 2 janvier 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver
Vendredi 5 janvier 2018 de 14:30 à 16:30 Réserver

Atelier 4-6 ans : Colorama Dior

Invitation à découvrir le travail de styliste, cet atelier propose par le dessin, l’aquarelle, le pastel et encore le collage, la réalisation d’un nuancier composé d’échantillons de couleurs et de textures mais aussi de représentations d’objets de mode.

Jeudi 4 janvier 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver

Pas de dates prochainement

Atelier en famille (4 ans et +) : Le grand jardin de Monsieur Dior

Rose, dahlia ou tulipe, la fleur est source d’inspiration pour Christian Dior. Sur ses pas et par jeu de papiers découpés, froissés, pliés, collés, la fleur se métamorphose en une jolie robe pour le bal du printemps.

Mardi 2 janvier 2018 de 14:30 à 16:30 Réserver

Pas de dates prochainement

Atelier 4-6 ans : Le grand jardin de Monsieur Dior

Rose, dahlia ou tulipe, la fleur est source d’inspiration pour Christian Dior. Sur ses pas et par jeu de papiers découpés, froissés, pliés, collés, la fleur se métamorphose en une jolie robe pour le bal du printemps.

Mercredi 27 décembre 2017 de 10:30 à 12:30 Réserver
Vendredi 5 janvier 2018 de 10:30 à 12:30 Réserver

STAGE

Pas de dates prochainement

Activités pour les groupes

VISITES GUIDÉES
Tous les groupes souhaitant effectuer une visite guidée ou une visite libre doivent effectuer une réservation préalable.
Des visites guidées (1h30) peuvent être programmées en français, anglais ou allemand, à la demande des groupes, avec un(e) conférencier(e) spécialisé(e) du musée.
Des visites guidées spécialement adaptées sont proposées au public déficient visuel.

Coût d’une visite guidée en français120 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition
Coût d’une visite guidée en langue étrangère125 € / groupe de 25 personnes maximum + entrée TR à l’exposition

Les écoles professionnelles bénéficient de tarifs spécifiques, sur réservation uniquement :

Visite guidée (1h) en français80 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Visite guidée (1h) en langue étrangère88 € / groupe de 25 personnes maximum (visite et entrées incluses)
Tarif de visite libre (sans visite)30 € / groupe de 25 personnes maximum

VISITES LIBRES
La réservation des visites libres en groupe (sans conférencier des Arts Décoratifs) s’effectue désormais uniquement en ligne : cliquez ici.

Après règlement de votre commande, vous obtiendrez une autorisation de visite à présenter (et ajuster si besoin) en caisse lors de votre venue.

Le catalogue
20 COMMENTAIRES
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50