Tenue correcte exigée : quand le vêtement fait scandale

du 1er décembre 2016 au 23 avril 2017

À l’appui d’un éventaire choisi de vêtements et d’accessoires de mode caractéristiques, de portraits, de caricatures, de publicités et d’une foule de petits objets, l’exposition propose d’explorer les prises de libertés et leurs infractions faites à la norme vestimentaire, aux codes et aux valeurs morales du XIVe siècle jusqu’à nos jours à travers la longue histoire de la mode – celle des cours royales, de la rue et des magazines.

L’histoire de la mode et du costume est rythmée de nombreuses « icônes » : rhingrave, robe volante, robe chemise, chemise à la grecque, pantalon féminin, jupe pour hommes, smoking pour femmes, mini-jupe, « baggy », « blue jean », pour ne citer que quelques exemples.

Devenus tous emblématiques de la mode d’un instant, ces vêtements ont toutefois marqué une rupture, provoquant à leur apparition de virulentes critiques, voire des interdictions. Parce qu’ils étaient trop courts ou trop longs, trop ajustés ou trop amples, trop impudiques ou trop couvrants, trop féminins pour un homme, trop masculins pour une femme, etc., ces habits ont transgressé l’ordre établi.

Les condamnations renvoient tantôt à la forme de l’habit, qui ne doit ni déformer le corps ni souligner les contours de celui-ci, tantôt à l’identité sexuelle du vêtement et de son porteur, ou encore aux circonstances qui imposent une tenue et en bannissent une autre.

À l’appui d’un éventaire choisi de vêtements et d’accessoires de mode caractéristiques, de portraits, de caricatures, de publicités et d’une foule de petits objets, l’exposition propose d’explorer les prises de libertés et leurs infractions faites à la norme vestimentaire, aux codes et aux valeurs morales du XIVe siècle jusqu’à nos jours à travers la longue histoire de la mode – celle des cours royales, de la rue et des magazines.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50