Vertugadin, criarde, panier, crinoline, tournure, corps à baleine ou corset, l’histoire du vêtement témoigne d’une volonté constante de métamorphose de la silhouette féminine. A chaque époque, ces invisibles accessoires ont modelé les proportions et formes du corps. La tournure ou faux-cul, cette protubérance artificielle qui accentue la chute des reins et la finesse de la taille, apparaît timidement vers 1870 pour atteindre des proportions extravagantes dans les années 1880. Sous-vêtement féminin, elle se porte dissimulée sous le jupon et est généralement constituée d’arceaux métalliques reliés entre eux par un système de laçage permettant d’en régler le volume. Les subterfuges dépassent souvent de loin la réalité et s’attachent à parfaire dans les moindres détails l’apparence. Perruques, postiches, faux-cils ou faux-ongles renvoient alors à une image sublimée de la beauté.

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris
tél. : +33 (0)1 44 55 57 50