Au vestiaire. Une histoire de cintres

du 13 juin 2002 au 15 septembre 2002

Plus de deux cents cintres de la fin du XIXe siècle à nos jours, seront exposés à l’Union centrale des arts décoratifs. Cet ensemble, dont l’histoire des formes et des fonctions reste insoupçonnée, provient de la collection de Daniel Rozensztroch (collectionneur d’objets d’art populaire), complété par des pièces issues du musée de la Mode et du Textile . Ce modeste objet d’usage que personne ne regarde, dissimulé au fond d’une penderie sous le vêtement-roi, essentiel au paraître, cet objet bien ordinaire, est pourtant le fabuleux témoin de plus de cent ans de style de vie. Entre mode et design, il raconte l’appartenance sociale, l’évolution de l’habillement, les progrès de l’industrialisation et l’immense créativité de ceux qui le conçoivent et le fabriquent, paysans, artisans, inventeurs, jusqu’aux créateurs d’aujourd’hui.

En 1900, le mot « cintre », inspiré du terme architectural qui caractérise les constructions en arc de cercle et influencé par l’emploi du mot en couture, apparaît pour la première fois dans le « Nouveau Larousse Illustré » pour définir « un support léger destiné à recevoir un vêtement ». L’Académie Française n’agrée officiellement le terme qu’en 1932, tandis que celui -ci entre doucement dans le langage courant et les catalogues de vente. Auparavant, on parle de « porte - vêtements », un mot largement décliné suivant ce qu’on y suspend : p o rte-manteau, porte-pantalon, porte - corsage, porte-jupe, porte-complet, porte-tailleur, porte-lingerie, etc. Même variété dans les formes qui évoluent selon la mode du moment et le type de vêtement à ranger, manteau à grand col, veste à épaulette, cape ou corsage échancré…Les tenues professionnelles, militaires et ecclésiastiques ont leurs supports appropriés , on en invente même qui se plient pour le voyage. Artisans et fabricants jouent avec le fil de fer, les essences et les couleurs du bois, b rut, poli, verni, tourné, découpé, puis avec les toutes nouvelles matières plastiques, chacun mettant son ingéniosité, sa dextérité et son sens de l’esthétique au service de ce banal objet.

A partir des années 50, la garde – robe se simplifie, le cintre se fait plus synthétique mais n’en perd pas pour autant sa diversité. La multiplication de matières, la créativité et l’audace des designers contemporains pallient largement cette restriction. Autour de cet accessoire du quotidien, ils se livrent à leur tour à d’étonnants exercices de style, le traitant comme un élément indissociable de la mode, qui s’affiche et qu’on regarde enfin. Ils prennent ainsi le relais de ceux qui, au début du siècle, ont offert tout leur talent à cet humble objet, témoin de leur vie et de leur époque…

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50