« Les nouveaux slips et la notion de virilité » par Shalin Cole

Ce texte est extrait du catalogue de l’exposition.

(...) Les premières années du XXIe siècle ont vu la fascination pour la notion de virilité s’exprimer à travers la conception et la promotion des sous-vêtements masculins. En 2007, la marque de sous-vêtements et de maillots de bain Aussiebum créa le Wonderjock pour répondre à la demande de clients « manifestant un intérêt pour une apparence plus avantageuse, exactement comme les femmes qui portent un Wonderbra [1] ». De la même manière, la marque anglaise Shreddies propose une variante sous la forme d’une bande de tissu armé placée sous les parties génitales, les remontant et les projetant vers l’avant. D’ailleurs, avec le slogan « Hello girls », une de leurs publicités fait directement référence à la campagne controversée pour les Wonderbra en 1996.

(…) La mise en valeur de l’entrejambe et de la virilité masculine par les sous-vêtements ne date pas du début des années 2000. Tout au long de la seconde moitié du XXe siècle, de nombreuses réclames ont évoqué l’entrejambe en décrivant le style de la poche avant, comme dans celle pour le Scandal Reis (1943), qui vante le « nouveau confort de l’entrejambe » et le « nouveau confort – plus soutien », ou encore celle pour le slip Kangourou (1948) qui annonce : « Enfin un slip viril [2] ! » La publicité pour Calvin Klein en 1993, qui met en scène le rappeur Marky Mark empoignant ses organes génitaux, attire clairement l’attention sur son sexe, confortant l’assertion de Wolfgang Fritz Haug de 1986 selon laquelle « l’achat d’un sous-vêtement est déclenché par le désir de mettre en valeur le pénis [3] »

(…) Des marques ont créé au XXIe siècle des sous-vêtements comprenant une poche avant rembourrée, par exemple les push-up de Gregg Homme qui offrent toute une variété de slips, boxers et autres jock straps.

Au départ, tous les sous-vêtements Andrew Christian comprenaient la technologie Show-It, mais cela cessa quelques mois après leur lancement car « il semble que le Show-It effrayait certaines personnes un peu conservatrices [4] ». Plutôt que d’inclure des éléments destinés à pousser vers le haut et l’avant ou à rembourrer, le couturier suisse Athos de Oliveira a opté pour un effet trompe-l’œil sur sa gamme de slips couleur chair, imprimés d’images de pénis d’une taille avantageuse (en érection ou au repos).

(…) « Il n’y a pas véritablement de tailles de poche, comme il en existe pour les soutiens-gorge féminins… Les hommes sont un peu plus timides que les femmes. Vous imaginez-vous demander une poche AA [5] ? » Mais avec le nombre croissant de sous-vêtements qui permettent d’élever les parties génitales, il se peut que ce ne soit qu’une question de temps pour que les hommes surpassent leur timidité et que les tailles de poche soient adoptées.

[1] Sean Ashby cité par Freyan Petersen, « Aussiebum : down under designs in more ways than one », International Herald Tribune, 21 janvier 2008

[2] Le mot « slip » apparaît pour la première fois dans le numéro du 20 septembre 1913 de L’Illustration : on y parle d’un « slip pour athlètes, en jersey coton fin, avec élastique serrant la ceinture et les cuisses » qui offre un « soutien sans gêner aucun des mouvements. Très utile pour les exercices violents ».

[3] Wolfgang Fritz Haug, Critique of Commodity Aesthetics, Cambridge, Polity Press, 1986, p. 84

[4] Andrew Christian cité par Michael A. Knipp, « Andrew Christian. From rags to britches », Gay & Lesbian Times, n° 1 043, 20 décembre 2007

[5] Cité par Susie Rushton, « A brief history of pants. Why men’s smalls have always been a subject of concern », The Independent, 22 janvier 2008, p. 4

PDF - 460.5 ko
Téléchargez le dépliant de l’exposition La mécanique des dessous

Pour télécharger ce(s) document(s) au format .pdf, vous devez posséder le logiciel Acrobat reader.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50