© Charlie Abad

Organisation de la scolarité

Deux cycles, 3 + 2 ans, 10 semestres

L’enseignement est construit selon une progression des acquisitions et traite chaque semestre d’un grand domaine d’activité : l’habitat, les lieux publics, le commerce, le travail, la scénographie, la réhabilitation... en y intégrant des enjeux sociétaux contemporains (qualité environnementale, consommation, densité de population…).
En fin de 3e année, l’obtention d’un certificat particulier clôture le 1er cycle.
Une grille de crédits précise le poids de chaque discipline et facilite les échanges internationaux. Chaque étudiant doit fournir un travail important, en sus de ses cours et ateliers.

Le premier cycle : le temps de l’exploration et de l’apprentissage

L’étudiant développe sa sensibilité et acquiert les savoirs et savoir-faire nécessaires.

1e année : découverte sensible, exercices et acquisition de fondamentaux
- L’architecture intérieure est abordée en relation avec une série de variables : le corps, la matière, la structure, la mobilité, l’usage.
- Le design est introduit par l’exploration des surfaces, des textures, des objets, des gestes et enfin des usages.
- Les disciplines expérimentales telles que l’initiation aux maquettes, la couleur, la plastique, la morphostructure, multiplient les angles d’approche. L’histoire de l’objet et de l’architecture, le dessin, le graphisme, la construction, la technologie, l’étude des structures et des matériaux, les processus de fabrication, les logiciels informatiques sont autant de matières qui viennent alimenter la démarche du projet.

Exemples de sujets :
- Espaces de transition, volume, lumière, dispositifs spatiaux...
- Motif et ornement, création textile, une corbeille à papier, une carafe…

2e année : acquisition des processus de conception
- En architecture intérieure sont traitées les questions du contexte architectural, de l’habitat, des espaces intérieurs servants et servis, de la distribution, des niveaux.
- En design, plusieurs entrées méthodologiques sont proposées. Elles répondent à des échelles et des usages diversifiés. Elles sont liées à un matériau, à un process, à un usage ou à un contexte.
L’apprentissage se développe au travers de la pratique des outils plastiques, techniques et informatiques, de la communication et de l’application de méthodologies, pour traiter d’une complexité croissante du projet. Des temps de workshops collégiaux viennent interrompre, une fois par semestre, les ateliers de projet.

Exemples de sujets :
- Le mur habité, la cellule d’habitation, le logement collectif...
- Le lamellé-collé, un jouet en bois, un mobilier pliant, l’éco-conception...

3e année : maîtrise des processus de conception
- En architecture intérieure, la thématique annuelle est « lieux publics, lieux du public ». Deux grandes questions concernant l’espace public, les musées, le tertiaire, la restauration y sont traitées.
- En design, quatre projets sont proposés, impliquant des approches artisanales ou technologiques, un travail sur le sens, un positionnement culturel et économique générant des modes de communication et des représentations spécifiques.
En outre, des expérimentations sont engagées autour de la lumière et de la couleur/communication. La construction et la technologie sont poursuivies. La représentation du projet et la méthodologie sont introduites.

Exemples de sujets :
- Un café, une cantine, les accueils d’un musée, une scénographie éphémère pour une marque de luxe…
- Un petit meuble en marqueterie, des objets produits dans un fablab, une gamme de plats, un meuble « sur lequel on dort »...

La soutenance d’un certificat de validation du 1er cycle clôture l’année.

Le deuxième cycle : le temps de l’autonomie

L’étudiant est appelé à élaborer des démarches de projet personnelles et à se positionner de manière singulière face à des questions contemporaines.

4e année : Priorité au projet et à la pratique professionnelle
La pratique approfondie du projet est souvent traitée avec des entreprises partenaires.

- En architecture intérieure, la thématique du logement est croisée avec la question de la réhabilitation : analyse d’un programme, relations entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’oeuvre, considération de contraintes constructives, environnementales et financières, choix techniques et formels, production des éléments de communication
- En design, un grand projet est choisi dans l’univers domestique : définition de cahiers des charges, élaboration de positionnements face à des impératifs économiques et techniques, choix de formes, de matériaux, de modes de fabrication, d’édition, de diffusion et de communication et réalisation de maquettes voire de prototypes.
- Un atelier transversal architecture intérieure-design amène l’étudiant à croiser ses compétences et le prépare à l’exercice professionnel.
Un cours de plastique rappelle l’importance de la dimension esthétique ; les cours de communication intègrent les diverses composantes de la représentation et de la démonstration d’un parti pris.

Exemples de sujets :
- Restructuration en logements pour chercheurs d’un ancien relais de voyageurs, réaménagement de l’hôtel du Louvre…
- Une famille de trois hauteurs d’assises, les logiques souples, un petit mobilier pliant à usages multiples...
- Un cabanon, macro-design en autoconstruction, des habitations légères de loisirs saisonniers...

5e année : Affirmation et démonstration des compétences
Deux composantes du diplôme démarrent au 2e semestre de 4e année : le programme du sujet libre et le Mémoire, réflexion théorique personnelle. En 5e année, l’accompagnement des étudiants, plus personnalisé, est centré sur l’écriture du Mémoire et sur la réalisation de deux grands projets :
- un projet libre dont la singularité et la pertinence permet de témoigner d’une maturité de pensée,
- une réponse à un sujet imposé démontrant une expertise soit en architecture intérieure, si le projet libre appartient au secteur du design, soit en design dans le cas inverse. Chaque année une thématique commune aux deux sujets imposés est déterminée.

Le titre d’architecte d’intérieur–designer est soutenu devant un jury composé d’enseignants et de personnalités extérieures à l’École.

Les enseignements complémentaires

Les concours L’École apporte une information permanente sur les multiples concours qui émaillent l’actualité de la création. Elle organise régulièrement aussi, en sus des cours, un encadrement pédagogique pour les concours qui lui paraissent les plus intéressants. Sur le principe du volontariat mais avec l’accord de la Direction, les étudiants, souvent de plusieurs années différentes, s’engagent alors à produire un travail supplémentaire dans une relation différente aux enseignants et au commanditaire, pouvant déboucher sur une nomination, un prix, un stage ou un futur travail, très valorisants, tant pour l’École que pour les lauréats.

Les journées d’information professionnelle
Durant plusieurs jours, les étudiants de 5° année assistent à des conférences et à des tables rondes portant sur l’exercice de leur métier (types d’activité, contrats, statuts, applications du code la propriété intellectuelle…) et sur le rôle des organisations professionnelles (CFAI, FNSAI, VIA…). Ils rencontrent en outre d’anciens étudiants venus témoigner de leur parcours professionnel.

Relations internationales

Des mobilités d’études, semestrielles ou annuelles, sont organisées en 2e, 3e et 4e années notamment avec
- l’Université de Montréal – Faculté de l’aménagement,
- l’Université Belgrano de Buenos Aires,
- l’Institut supérieur des arts de Bruxelles – Saint-Luc,
- l’Université San Pablo de Madrid,
- la School of Art de Glasgow
- le Politecnico de Milan, Ces quatre dernières destinations ouvrant accès à des financements Erasmus.

Une collaboration pédagogique réunit des écoles de pays limitrophes de la Méditerranée. En juillet 2013, les étudiants de deux écoles parisiennes, l’école Camondo et l’École Spéciale d’Architecture ainsi que du Politecnico de Milan et de l’Université San Pablo de Madrid ont réalisé dans le jardin du 266 boulevard Raspail, des installations éphémères, festives et nocturnes.
Ces travaux ont connu un prolongement, en octobre 2013, avec une participation à la Nuit Blanche de Paris.

La charte Erasmus finance également certains stages

PDF - 1.7 Mo
Livret de l’étudiant 2013/2014
Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     École Camondo 266 boulevard Raspail 75014 Paris - tél. 01 43 35 44 28