La pédagogie dans le Cursus de 5 ans

Quelle est votre spécificité pédagogique ?

Une double formation centrée sur l’espace (architecture intérieure) et sur l’objet (design de produits). En appui à ces matières, de nombreuses disciplines (culturelles, esthétiques, techniques…) sont étudiées dans une large ouverture sur l’art en général. Cette pédagogie transversale est peu courante. La plupart des autres écoles proposent une spécialisation après un tronc commun d’un ou deux ans.
La double formation développe une grande capacité d’adaptation à des métiers en constante évolution et à des secteurs économiques variés. Elle facilite l’insertion professionnelle.

Appliquez-vous la structuration européenne des études (LMD) ?

Oui. Le programme des études est structuré en 10 semestres. Les matières sont dotées de crédits en fonction de la charge de travail réclamée par chacune (travail à l’École et travail personnel hors l’École) et de la nature du travail demandé (rendu individuel ou collectif, workshops…). Le total des crédits semestriels est de 30, portant la valorisation du titre d’architecte d’intérieur-designer à 300 crédits. Le livret de l’étudiant, accessible sur Internet, détaille pour chaque cours le poids en crédits, les objectifs, le programme et les modalités d’évaluation, facilitant ainsi la compréhension de la scolarité par les étudiants, notamment les étudiants étrangers, et donc la mobilité d’études.
Cependant le certificat de fin de 1er cycle n’a pas de reconnaissance académique. Son obtention est nécessaire pour entrer en 4e année à l’école Camondo. Quelques étudiants poursuivent dans d’autres écoles, parfois en graphisme ou en architecture, ou bien démarrent directement une activité professionnelle. Ils travaillent le plus souvent comme collaborateurs dans des agences d’architecture intérieure ou chez des fabricants.

Quelles sont les disciplines enseignées ? Et les logiciels ?

Les disciplines sont regroupées en trois unités d’enseignement relatives à :
1°) la démarche de projet, appliquée à l’architecture intérieure et au design.
2°) la démarche d’expérimentation tant plastique que technique, développée dans des ateliers et des workshops.
3°) l’acquisition des outils du projet : savoirs et savoir-faire variés tels que dessin, construction, technologie, représentation, communication, histoire, anglais, méthodologie, culture contemporaine…
Le site Internet de l’Ecole donne le tableau récapitulatif des heures semestrielles d’enseignement par matière et par unité d’enseignement. Le 1er cycle (3 ans et 6 semestres) est consacré à l’apprentissage des fondamentaux, avec une complémentarité d’approches, notamment en ce qui concerne les formations plastiques. Dès le 2e semestre de 1° année, l’étudiant est plongé dans les problématiques de la démarche de projet. Le 2nd cycle (deux ans et quatre semestres) est centré sur le développement de l’autonomie. Les étudiants travaillent dans l’ensemble de façon individuelle, mais ont aussi des occasions d’expérimenter le travail en groupe dans certains ateliers ou dans des workshops.
Les logiciels enseignés sont Autocad, Cinéma 4D, Final Cut Pro 6, Rhinocéros 4, La Suite Creative CS6 (Photoshop, Indesign, Illustrator). Les étudiants disposent de 2 parcs informatiques (Mac et PC) et travaillent sous les deux systèmes d’exploitation.

La scolarité comporte-t-elle des stages en entreprise ?

La scolarité comporte deux stages en fin de 3e (deux crédits et un mois minimum) et en fin de 4e année (douze crédits et quatre mois minimum).
Ils sont effectués en atelier de fabrication, en agence d’architecture, d’architecture intérieure, de design, de communication visuelle, en bureau de style.... Chacun est intégré aux études et fait l’objet d’un rapport de stage évalué. En contact permanent avec quelques centaines d’entreprises, l’École accompagne les étudiants dans leur choix tout en exerçant un contrôle vigilant sur le déroulement des stages.

Quel est le volume de travail encadré à l’École et de travail personnel ?

Sur environ 30 semaines d’année universitaire, en moyenne 24h par semaine de cours ou ateliers sont encadrés par des enseignants. Il faut y ajouter une vingtaine d’heures hebdomadaires de travail personnel. C’est une formation prenante en particulier aux époques des « rendus » et des workshops. L’École reste ouverte pour le travail personnel des étudiants jusqu’à 22h30 en semaine.

Avez-vous des partenariats avec des entreprises ?

Oui, nombreux (surtout à partir de la 3e année) pour confronter les étudiants au monde professionnel et faciliter l’insertion des futurs diplômés. Exemples en 2013/2014 :

En 3e année :
- Une scénographie éphémère pour la boutique d’une marque de luxe
- L’aménagement des accueils d’un bâtiment de la RATP, situé à Noisy-le-Grand
- « Technophylle, nouvelles manières de cultiver en milieu urbain » pour Jardiland

En 4e année :
- Le réaménagement de l’Hôtel du Louvre pour le groupe Constellation-Hyatt
- « Mobiliers à transformation » pour Calligaris
- Un nouveau lieu de coiffure valorisant les services rapides ( bar à chignons, tresses, coiffage, couleur…) pour L’Oréal Professionnel

La formation est étayée par des visites de sites, la participation de responsables et d’experts (techniques, commerciaux, marketing, logistique, communication, design…) et par une évaluation professionnelle distincte de celle des enseignants. Le partenariat débouche parfois sur la réalisation de prototypes et l’édition de projets lauréats. L’obligation d’un travail collectif pour les phases d’analyse du sujet pousse en outre les étudiants à se familiariser avec les pratiques professionnelles.

Organisez-vous des échanges internationaux ?

Oui, l’école Camondo favorise la mobilité étudiante en Europe et au-delà.
Elle est titulaire d’une Charte Erasmus élargie pour aider au financement des mobilités d’études et des mobilités de stages en entreprise. Des accords sont conclus avec l’institut supérieur des Arts de Bruxelles-Saint Luc, l’université San Pablo de Madrid, la School of Arts de Glasgow et le Politecnico de Milan.
Hors charte Erasmus, l’Ecole a des accords bilatéraux avec l’université de Montréal – faculté de l’aménagement, et l’université Belgrano de Buenos Aires.
En outre, une coopération est engagée avec les écoles de Milan et Madrid et avec l’Ecole Spéciale d’Architecture sur le thème du cadre de vie de la Méditerranée.

Comment se décident les passages en année supérieure ?

Les étudiants sont évalués en partie par un contrôle continu de leurs travaux et en partie par leurs « rendus » en ateliers d’architecture intérieure et de design et par leurs devoirs sur table dans d’autres matières. Les rendus prennent différentes formes selon les disciplines : dessins, maquettes, installations plastiques, panels d’iconographies et de plans, dossiers…
Le jury de passage en année supérieure a connaissance de la capitalisation des crédits acquis par l’étudiant. Il décide éventuellement pour certaines matières plus faibles, de l’octroi de crédits par compensation. Son jugement global sur les compétences de l’étudiant s’appuie sur le stand de fin d’année des travaux de chaque étudiant.

Quel est le taux d’échec annuel ?

Il n’y a pas de taux prédéterminé. Les études sont exigeantes tout au long des 5 années du cursus et le passage en année supérieure n’a rien d’automatique. Tous les ans, des redoublements et des demandes de réorientation sont prononcés. Mais il arrive aussi que 100% d’une classe passe en année supérieure.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     École Camondo 266 boulevard Raspail 75014 Paris - tél. 01 43 35 44 28