Chien Snoopy Sniffer, Fisher-Price (depuis 1930), fabri­cant, Garth Williams, des­si­na­teur, États-Unis, 1966. Bois, plas­ti­que Don Fisher-Price, 1982. Inv. 50003.C © Les Arts Décoratifs. Photo : Jean Tholance

Les animaux de compagnie

Figurines, jouets à tirer, peluches, les animaux de compagnie peuplent le monde de l’enfant sous différentes formes. Le jouet qu’il promène et câline remplace à ses côtés l’animal véritable.

Chiens et chats font leur entrée dans tous les catalogues d’étrennes à la fin du 19e siècle. L’impact est alors immédiat et les espèces en vogue comme le caniche, le bouledogue, le fox-terrier ou le teckel, sont reproduites en jouet. En 1938, Fisher-Price lance son célèbre « Snoopy Sniffer », maintes fois redessiné et qui se vendra à plus de 9 millions d’exemplaires. Le chat noir de Steiff des années 1950-1960 fait le dos rond et hérisse son poil.

Mais, chiens et chats ne sont pas les seuls compagnons des enfants. Des oiseaux, des souris, des poissons ou encore des tortues, des lapins ou des hamsters et cochons d’inde constituent l’univers des animaux de compagnie réalisés en jouet. La souris Schuco des années 1950 est en velours gris et roule grâce à son mécanisme à clé. Le hamster d’Anima des années 1970 est en fourrure et roule avec sa queue dressée. Le lapin en fourrure grise fabriqué par Kurt Naef à la fin des années 1950 est une vraie boule de poil.

Chiens et chats

« S’entendre comme chien et chat » : leurs caractères sont en effet réputés depuis toujours incompatibles. Ce sont pourtant tous deux les animaux de compagnie par excellence. Ils sont parmi les jouets les plus vendus dès la fin du XIXe siècle, avec les chevaux. D’abord jouets à tirer en bois, ils sont recouverts de poils synthétiques et deviennent le doudou incontournable, à côté de l’ours en peluche, dès les années 50.

Bouledogue
Bouledogue
D’après Caran d’Ache (1859-1909)
Paris, 1912
Bois
Achat, 2001
Inv. 2000.54.1
© Les Arts Décoratifs. Photo : Jean Tholance

Particulièrement apprécié dans l’Antiquité, le chat jouit d’une mauvaise réputation au Moyen-Age, devenant l’incarnation du diable, surtout avec un pelage noir comme le chat Peter de la marque Steiff. Mais il est rapidement réhabilité au XIXe siècle : il incarne alors l’animal romantique, le compagnon des artistes.

Aujourd’hui réputé pour sa gentillesse avec les enfants et son goût pour le jeu, le bouledogue acquiert son caractère docile et sa petite taille par croisements au cours du XIXe siècle, après l’interdiction du bullbaiting (combat entre animaux) en 1835. Par son originalité, il est adopté par le milieu artistique – et dessiné notamment par Toulouse-Lautrec : Mistinguett, Colette ou Yves Saint-Laurent en ont fait leur mascotte.

Chat noir
Chat noir
Steiff (depuis 1903), fabricant
Allemagne, 1950-1960
Mohair, velours, verre
Don Colette Boulard, 1999
Inv. 998.255.1.1
© Les Arts Décoratifs. Photo : Jean Tholance

Caricaturiste sous le nom de Caran d’Ache (Karandache signifiant « crayon » en russe) pour le Figaro, le Rire ou les Annales comiques, Emmanuel Poiré (1859-1909) dessine des jouets dès 1906. Vendus au Comptoir des jeux et jouets des grands magasins du Louvre dès 1910, les chiens de bois signés par le « maître caricaturiste » sont caractéristiques de son style : trait synthétique inspiré de ses dessins pour le cabaret Le Chat Noir. Il isole les silhouettes caractéristiques des races des chiens à la mode : caniche, basset, bouledogue. Contrairement à d’autres créations, ce bouledogue allongé n’est pas articulé. Jouet qui séduit les adultes par la justesse de sa simplification, le bouledogue de Caran d’Ache est reconnaissable par ses épaules de molosse, sa mâchoire prognathe et sa truffe écrasée.

Fabricant de jouet allemand, la firme Steiff naît en 1880 par la création de jouets dans la maison familiale. La marque est à l’origine du célèbre ours en peluche, « Teddy Bear ». Steiff se spécialise dans les peluches en mohair et signe sa fabrication par l’étiquette fixée dans l’oreille du jouet « Knopf im Ohr », le bouton dans l’oreille.

Le chat Peter qui date des années 50-60 est figé sur ses quatre pattes, le dos rond, dans une attitude très réaliste, quoique inhabituelle pour un chat en peluche. Serait-il particulièrement effrayé par les souris, auxquelles on associe souvent les chats, comme dans les dessins animés de cette époque : Tom & Jerry (1940-1958) ou Titi et Grosminet (1942-1964) ?

1 COMMENTAIRE (PAR LES INTERNAUTES)

  • j’adore les chats 23 juillet 2012 18:19, par Sophie

    J’adore les chats et j’ai toujours eu des chats depuis ma plus tendre enfance ! ils sont si affectueux et reconnaissant contrairement à ce que beaucoup de gens disent...

Forum : écrire un commentaire


Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50