Le rangement

Lié à la nécessité de gagner de la place, le rangement devient « la » grande préoccupation de la reconstruction. Pionniers, Charlotte Perriand et Marcel Gascoin s’intéressent, avant-guerre, à ces questions qui retrouvent après-guerre une acuité particulière. Charlotte Perriand affirme : « Le rangement est prioritaire : il pourra être ou non incorporé à l’architecture ; puisqu’il répond aux plus grands besoins de l’équipement, il doit être résolument industrialisé ». En 1947 elle élabore la maquette d’une cuisine type pour l’Unité d’habitation de Le Corbusier à Marseille. Dans la réalisation définitive par l’Atelier de Le Corbusier, les idées générales du projet de Perriand sont reprises : portes coulissantes, contact de la maîtresse de maison avec ses invités grâce à la cuisine ouverte. S’inspirant des rangements de bateaux, Marcel Gascoin est un des plus brillants créateurs de ces rangements fonctionnels et il équipe placards et portes de dispositifs réglables. Dans le même temps, les fabriques spécialisées dans ce type de meuble sont nombreuses : Efa, Guermonprez et Magnani, Bema….Oscar, remarqué dès sa conception en 1950 par l’UAM, joue sur les hauteurs et profondeurs modulables. En 1956 les établissements Minvielle vont, avec la création des Eléments Minvielle par l’ARP, révolutionner les meubles de rangement et devenir les concurrents directs de MD ou Oscar... Avec Oscar et les Eléments Minvielle, le meuble en kit est lancé.

A l’inverse des véritables murs de rangement que sont les meubles fabriqués par Oscar ou Minvielle, les enfilades mettent l’accent sur les lignes sobres et allongées. Avec des pieds généralement métalliques et des façades en bois ou contreplaqué, elles reprennent la typologie instituée par Florence Knoll et sont typiques des lignes basses de l’après-guerre. En France, on les trouve chez de nombreux éditeurs : Charron, Degorre, Meubles TV… Avec ses portes en contreplaqué embouti, son minimalisme accentué par la couleur blanche, celle d’Antoine Philippon et Jacqueline Lecoq pour l’éditeur allemand Erwin Behr est une des plus typiques du style rigoureux du début des années 60.

Le meuble multifonction et transformable est l’autre obsession du moment. Le meuble bar, tourne-disques, télévision d’Antoine Philippon et Jacqueline Lecoq est le résultat d’un concours Formica lors du Salon de la société des artistes décorateurs de 1959. Ce meuble est emblématique du rôle joué par ce salon pour promouvoir les matériaux nouveaux, via des concours organisés par les fabricants de matière première. Resté à l’état de prototype, il est aussi représentatif de la difficulté des jeunes créateurs pour faire éditer leurs créations.

Publication

Découvrez
Mobi Boom, l’explosion du design en France 1945-1975,
le catalogue et son DVD de 16 entretiens

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50