Papier-peint, Manufacture Desfossé et Karth, France, fin XIXe siè­cle © Les Arts Décoratifs / photo : Jean Tholance

Une matière peut en cacher une autre

Le jeu des substitutions est récurrent dans l’histoire des arts décoratifs. Dès l’Antiquité, les céramistes cherchent à imiter le marbre et le jaspe. Dans les années 1950, Pol Chambost, est considéré comme le meilleur spécialiste des effets de trompe-l’œil en céramique. Le service « Coquillages » devenu emblématique de sa collaboration avec Primavera, a été conçu pour une exposition consacrée à la mer en 1957. Son émail blanc sur dégradé de violet a fait l’objet d’un dépôt de brevet. Dans un autre domaine, le papier peint remplace au XIXe siècle, aussi bien le bois que le cuir, mais aussi les textiles les plus rares. Dans tous les cas, l’imitation des matières prosaïques ou précieuses stimulent les savoir-faire et font l’objet de multiples inventions.

Forum : écrire un commentaire


Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

PDF - 1.9 Mo
Téléchargez le dépliant de l’exposition Trompe-l’œil

Pour télécharger ce(s) document(s) au format .pdf, vous devez posséder le logiciel Acrobat reader.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50