Le XVII<sup class="typo_exposants">e</sup> siècle

Fauteuil, vrai­sem­bla­ble­ment Paris, vers 1670-1680 © Les Arts Décoratifs

Couronné en 1594, Henri IV rétablit la paix religieuse et s’efforce de rendre au pays sa prospérité. L’interdiction d’exporter des matières premières et celle d’importer des produits de luxe telles que soieries et tapisseries favorisent les industries du textile, du verre et du cuir, ainsi que la fabrication des armes. En 1598, l’édit de Nantes a apaisé les tensions religieuses, mais ne diminue pas pour autant le poids du religieux dans la société du XVIIe siècle.

Les évolutions artistiques sont la manifestation du renouveau de l’Église catholique. Colonnes, anges, trouées lumineuses, doigts pointés vers le ciel se répandent dans la peinture comme la grammaire d’un langage baroque qui s’exprime également dans la construction des arches pour les entrées royales ou les gravures de Jacques Callot.

Sous Louis XIII, la participation de la France à la guerre de Trente Ans aggrave les difficultés économiques. Le mécontentement gagne les campagnes comme les villes. De nombreuses jacqueries surviennent. L’hostilité au pouvoir royal culmine avec la Fronde de 1648-1652.

Le grand siècle artistique est d’abord celui d’un retour à l’ordre. Après les troubles de la Fronde, Louis XIV assoit son absolutisme en échange d’une paix civile recouvrée. L’ordre, la mesure et l’attachement aux règles ne se manifestent en effet pas qu’en politique. Dès le milieu des années 1630, le succès des premières tragédies de Corneille annonce le triomphe de l’idéal classique. D’abord influencé par la comédie italienne, Molière ironise sur les mœurs de son époque. En 1664, son Tartuffe est joué devant le roi puis interdit. À partir des années 1660, Lully domine la scène musicale française. Il fixe pour un siècle les règles de la tragédie lyrique.

J. C.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50