Travailleuse

Suivant Toute la collection
Travailleuse, Jennens & Bettridge, Birmingham, vers 1850 © Les Arts Décoratifs

Cette travailleuse de Jennens & Bettridge présente la caractéristique étonnante d’être en grande partie en papier mâché. Cette technique inventée en Chine sous les Han (vers 202 av. J.-C.-220 apr. J.-C.) donne naissance à une importante production de meubles en Angleterre. Elle connaît ensuite un formidable essor au milieu du XIXe siècle en Europe, répondant notamment parfaitement au goût français du Second Empire. Le but est d’imiter le poli parfait des laques orientales, leur riche décor, et de permettre la réalisation de formes sophistiquées.

Auparavant réservée à une élite, cette technique devient populaire grâce à l’utilisation massive du papier et aux nouveaux procédés des manufactures. Jennens & Bettridge, de Birmingham, déposent en 1825 un brevet d’incrustation de nacre et obtiennent une médaille à l’Exposition universelle de 1851 à Londres. À nouveau présents en 1855 à Paris, ils sont en concurrence avec la France et l’Allemagne.

Les meubles et les objets réalisés ont un aspect précieux, de par leur décor à incrustations de nacre, aux peintures dorées et aux fonds noirs. La souplesse du matériau leur permet d’élaborer les formes les plus ambitieuses, comme le globe de cette travailleuse qu’il serait extrêmement difficile de réaliser en bois et avec autant d’incrustations. Le motif du château en ruine fait écho au romantisme « troubadour » de Walter Scott alors très en vogue.

Travailleuse

Jennens & Bettridge
Birmingham, vers 1850
Piétement en bois noirci, travailleuse en papier mâché laqué, incrustations de nacre, décor peint et doré
Acquis grâce au mécénat de Michel et Hélène David-Weill, 1995
Inv. 994.84.1
© Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50