« Jardin d'hiver »

Suivant Précédent Toute la collection
« Jardin d’hiver », Manufacture Jules Desfossé (1851-1947), Édouard Müller (1823-1876), des­si­na­teur, France, 1853 © Les Arts Décoratifs

Ce papier peint fut présenté par Jules Desfossé à l’Exposition universelle de Paris, en 1855, dans la Rotonde du Panorama, en regard du fameux ensemble composé par Le Jardin d’Armide, les Prodigues d’après Thomas Couture et L’Automne dû au pinceau d’Auguste Clésinger. Un fragment d’une « frise à fleurs s/ 42 pouces » figure d’ailleurs dans la Note pour MM. les présidents et les membres du Jury international concernant l’établis-sement de Jules Desfossé, fabricant de papiers peints, à Paris. Ce décor fut à nouveau présenté lors de l’Exposition universelle de Londres, en 1861. Sa présence lors de ces deux manifestations prestigieuses traduit sans doute aucun l’importance que lui accordait Jules Desfossé. Elle illustre également l’engouement de l’époque pour les jardins d’hiver et les serres dont la mode fit fureur à Paris sous le Second Empire. Le Jardin d’hiver est dû au talent d’Édouard Müller, connu pour ses dessins de fleurs et de roses qui lui valurent le surnom de Rosenmüller. Issu d’une famille de graveurs sur bois mulhousiens, il fournit dès 1840 des modèles à la manufacture de papiers peints Zuber, à Rixheim (Alsace). En 1845, il s’installa à Paris et s’associa avec le peintre et dessinateur pour étoffes Stephan Franzovitch Ladvèze (1817-1854). Tous deux produisirent de nombreux dessins pour le papier peint entre 1845 et 1848. De 1852 jusqu’à sa mort, Édouard Müller travailla pour Desfossé. Il est l’auteur pour cette manufacture des panneaux centraux du Jardin d’Armide et d’un grand nombre de compositions florales dont certaines furent rééditées par les Anciens établissements Desfossé & Karth au début du XXe siècle. Quant au fabricant, Jules Desfossé, il dirigea d’abord la manufacture de cachemire Reinhold, à Vienne, en Autriche. De retour à Paris en 1842, il assura alors la direction commerciale de la fabrique de papiers peints parisienne Mader, située 223, rue du Faubourg-Saint-Antoine. En 1851, il reprit cette entreprise à son propre compte et ouvrit la même année une première succursale à Londres puis une seconde à New York. L’Exposition universelle de 1855 lui valut une médaille de 1re classe, tout comme celle de 1862. Jules Desfossé s’associa à Hippolyte Karth en 1864, les fonds des anciennes manufactures Dufour & Leroy, Clerc & Margueridon et Mader se trouvant ainsi réunis. Par la suite, Desfossé & Karth achetèrent les articles des sociétés parisiennes Kob & Pick, Balin Frères, Ebeling, Jouany, Boucard et ceux de la manufacture nantaise Préaubert. Membre de la commission impériale de l’Exposition universelle de 1867, Jules Desfossé s’abstint d’y présenter ses produits. Il mourut à Paris en 1890. En 1899, la manufacture Desfossé & Karth devint société anonyme. Elle fut rachetée par Leroy en 1947.

V. L. H.

Henri Clouzot et Charles Follot, Histoire du papier peint en France, Paris, Éditions d’art Charles Moreau, 1935
« Notes de E.A. Fauconnier sur les Desfossé et anciens du papier peint DK 1935/36 », manuscrit dactylographié, 1935-1936
Thomas Couture, Souper à la maison d’or, Jules Desfossé, Cahier Thomas Couture n°1, Senlis, musée de l’Hôtel de Vermandois, décembre 1998-mars 1999.

« Jardin d’hiver »

Manufacture Jules Desfossé (1851-1947)
Édouard Müller (1823-1876), dessinateur
France, 1853
Papier continu, fond brossé à la main, impression à la planche de bois
Références de fabrique : Numéros 2031 à 2034 ; bordure du bas de 42 pouces, bordure du haut de 25 pouces, pilastre de 25 pouces avec ou sans vitrage, vitrage, bordure du bas en un mètre de large. 360 planches de bois. 381 couleurs. 1 panneau
Inventaire rétrospectif, achat, 1982
Inv. 48783
© Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50