Les métiers du retable

Vierge à l’Enfant entou­rée de saints, Antonio de Carro, Émilie (Italie), XIVe siè­cle © Les Arts Décoratifs

L’exécution d’un retable était un travail collectif. Menuisier ou « huchier », sculpteur, doreur et peintre travaillaient souvent sous la direction d’un seul maître. Ce dernier passait contrat avec le commanditaire, fournissait le projet, répartissait les tâches et contrôlait la réalisation. À la fin du Moyen Âge, l’usage du contrat écrit se généralisa. On y mentionne le délai de réalisation, le paiement, les matériaux employés, éventuellement certaines exigences du commanditaire liées à la représentation du sujet.

Le menuisier réalisait la caisse (ou huche) et parfois les éléments décoratifs ; le sculpteur les statuettes et figures en relief des volets et, souvent, leur mise en couleurs. Le doreur posait les précieuses feuilles de métal sur le « bol », enduit coloré brun, rouge ou orangé posé sur le bois, puis procédait au brunissage ou polissage à l’aide d’une pierre dure. Le retable était composé le plus souvent de volets peints fermants, qui ne s’ouvraient qu’à l’occasion des fêtes religieuses. Le peintre devait soigneusement préparer son panneau avant de le peindre : rebouchage des nœuds et imperfections, encollage d’une toile fine, pose de plusieurs couches d’enduit à base de craie ou de plâtre. La peinture à la détrempe, qui liait les pigments avec de la colle, de l’œuf ou du lait, fut peu à peu supplantée par la technique à l’huile au cours du XV e siècle.

J. C.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50