Fauteuil « Clarice »

Suivant Toute la collection
Fauteuil « Clarice », Niki de Saint-Phalle (1930-2002), 1981-1982 © Niki Charitable Art Foundation / ADAGP, Paris. Photo : Les Arts Décoratifs

En 1964, le peintre américain Larry Rivers, ami de Niki de Saint-Phalle, dessina son épouse Clarice qui attendait un enfant. Frappée par cette représentation de femme enceinte, Niki créa d’abord un collage sur ce thème. Charly était également un ami de Niki de Saint-Phalle. Dans ces deux projets, l’artiste a cherché à faire passer toutes les ambivalences du rapport des enfants avec les adultes, en retranscrivant la stature impressionnante des adultes, qui peut imposer à l’enfant autant un respect craintif qu’une sympathie débordante. Elle-même avait ressenti cette ambiguïté lorsqu’elle était petite : « Les fauteuils Clarice et Charly confondent le siège et celui qui s’y assoit, mêlant les deux identités. J’aime aussi l’idée que Clarice et Charly rappellent des souvenirs de confort ou de gêne comme lorsque, enfants, nous étions assis sur les genoux d’un adulte. » Les fauteuils Charly et Clarice font partie des grands classiques de l’œuvre de Niki de Saint-Phalle.

Produits en édition limitée en 1981-1982, ils sont aujourd’hui immédiatement reconnaissables par un large public. Le mobilier de l’artiste se distingue par sa taille surdimensionnée et par ses formes organiques, pleines de fantaisie et de spontanéité dans la couleur et dans les motifs. Les moules de ces deux sièges ont été conçus à partir de prototypes en plâtre peint réalisés par l’artiste elle-même ; ils ont ensuite été fabriqués en résine, avec l’assistance du fabricant de polyester Robert Haligon pour l’exécution de toutes les sculptures. Née en 1930 à Neuilly-sur-Seine, Niki de Saint-Phalle grandit à New York. Au début des années 1960, elle prit part aux premières expositions-performances des nouveaux réalistes, regroupés autour du critique Pierre Restany, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Par le biais de la sculpture, du dessin, du théâtre ou du cinéma, son œuvre très prolifique devint progressivement architecturale, avec la création à partir de 1979 d’un immense Jardin des tarots dans la campagne de Toscane, à Garavicchio. Avec le sculpteur Jean Tinguely (1925-1991), rencontré en 1961 et qui deviendra son mari en 1971, elle conçut en 1983 la Fontaine Stravinsky, située près du Centre Georges-Pompidou à Paris. En 2000, Niki de Saint-Phalle fit don au musée des Arts décoratifs d’un ensemble important de vingt pièces – objets et mobilier dont la production se situe entre 1980 à 1997 –, certaines étant des pièces uniques, d’autres des éditions originales numérotées, à tirage très restreint.

F. B.

Fauteuil « Clarice »

Niki de Saint-Phalle (1930-2002)
1981-1982
Résine polyester peinte
Exemplaires d’exposition
H. 121, L. 113, l. 84 cm
Donation Niki de Saint-Phalle, 2001
Inv. 2000.60.2
© Niki Charitable Art Foundation / ADAGP, Paris. Photo : Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50