Pot couvert

Suivant Précédent Toute la collection
Pot cou­vert, Séraphin Soudbinine (1867-1944), France, 1935 © Les Arts Décoratifs

Ce pot couvert fait partie d’un don très important consenti par l’artiste au musée des Arts décoratifs en 1936, à la suite d’un achat deux années auparavant. OEuvre de sa maturité, cette pièce est emblématique de l’art si particulier de Séraphin Soudbinine. Osant l’alliance de la robustesse et du fini, du sculptural et des effets de surface, ce pot couvert, comme souvent dans l’univers de l’artiste, fait voisiner monde animal et monde minéral, sophistication et rudesse, grès mat et grès émaillé. L’utilisation d’un animal sculpté comme prise du couvercle tout comme la pré-sence d’un socle, lointain souvenir de l’art oriental, sont quelques unes des constantes de son travail. La plasticité de la terre à grès donne au sculpteur les moyens d’un art solide et puissant. À l’inverse, il peut, dans de rares porcelaines dont le musée possède deux exemplaires, créer des formes très pures, d’une grande finesse et à l’émail délicat. D’origine russe, Soudbinine s’intéressa au théâtre dans son pays natal avant d’entrer dans l’atelier de Rodin. Installé définitivement en France à partir de 1904, il poursuivit une carrière de sculpteur. Lors d’un voyage à New York, il découvrit au Metropolitan Museum of Art les céramiques chinoises. Leurs grandes qualités formelles furent pour lui une révélation et, proche de la soixantaine, il abandonna la sculpture pour la céramique. Autodidacte, il s’entoura des conseils de Paul Beyer et d’Émile Decœur, et fréquenta à Sèvres l’atelier de Louis Delachenal. De 1928 à 1940, il se consacra unique-ment à ce nouvel art avant que son atelier de la rue Broca, à Paris, ne fût détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. L’art de Soudbinine est emblématique des nouvelles sources d’inspiration de la céramique de l’entre-deux-guerres. Alors que la céramique Art nouveau puisait ses racines dans l’art du Japon redécouvert lors des Expositions universelles, c’est à un Orient élargi à la Chine et à la Corée que se réfèrent des artistes comme Soudbinine, Henri Simmen ou Georges Serré.

D. F.

Jean-Marie Lhôte, « Séraphin Soudbinine, un céramiste puissant et inspiré », Revue de la céramique et du verre, n°77, juillet-août 1994, p. 26-35.

Pot couvert

Séraphin Soudbinine (1867-1944)
France, 1935
Grès émaillé
Inscrit sous la pièce : Séraphin Soudbinine pièce unique ; dessin sous la pièce d’une tête de Séraphin
H. 44,2 ; D. 31 cm
Don de l’artiste, 1936
Inv. 32514 D
© Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50