Gallé, magicien du verre

Vase « La Carpe », Emile Gallé (1846-1904), Paris, Exposition uni­ver­selle de 1878 © Les Arts Décoratifs

Émile Gallé (1846-1904) reçut sa formation initiale en Lorraine au sein de l’entreprise familiale de commerce de d’édition de céramiques et de verreries.

Parallèlement à ses activités de faïencier et de créateur de meubles, il mena avec la verrerie de Meisenthal, puis dans la manufacture qu’il créa à Nancy en 1894, d’innombrables expériences pour accroître les possibilités artistiques du verre. D’abord, il élargit la gamme de couleurs des émaux peints et du verre dans la masse, se faisant fort d’obtenir les nuances les plus fugitives.

À partir de 1884, il travailla sur la coloration par adjonction en cours de soufflage de poudres, copeaux et autres « salissures ». Ses verres doublés et triplés superposaient des couches de couleurs différentes ensuite gravées à la roue ou à l’acide. Il introduisit des feuilles d’or ou de platine entre deux couches, apprivoisa des effets fortuits tels que bulles et irisations.

En 1898, il brevetait sa technique de « marqueterie de verre », insertion à chaud de fragments d’épaisseur et de formes variables. Ces innombrables innovations visaient à donner au verre « les visages aimables ou tragiques » dont l’artiste avait rêvé.

J. C.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50