Salle de bain de Jeanne Lanvin

Suivant Toute la collection
Salle de bain de Jeanne Lanvin, Armand Albert Rateau (1882-1938), Paris, vers 1924-1925 © Les Arts Décoratifs

En 1920, le décorateur Armand Albert Rateau se vit confier par la célèbre couturière Jeanne Lanvin l’aménagement de son hôtel particulier, 16, rue Barbet-de-Jouy à Paris. En marge de ses contemporains, Rateau se fia à sa culture et à son imagination, intégrant l’Antiquité, l’Orient, les motifs zoologiques et végétaux dans un univers décoratif très personnel. Il partageait avec Jeanne Lanvin le goût de la qualité et des matériaux rares, c’est pourquoi elle le chargea également de diriger son agence de décoration, faubourg Saint-Honoré. Lors de la démolition de l’hôtel en 1965, le prince Louis de Polignac, en souvenir de la comtesse Jean de Polignac, fille de Jeanne Lanvin, proposa au musée des Arts décoratifs l’installation complète, avec l’ameublement, des appartements privés, qui comprenaient une chambre à coucher, un boudoir et une salle de bains. Pour la salle de bains, Rateau a utilisé le marbre, le stuc et le bronze patiné vert antique. Les appareils sanitaires – lavabo, bidets – et les deux vitrines encastrées sont en marbre Hauteville de couleur beige. Les murs sont recouverts de stuc tandis que l’alcôve de la baignoire est ornée d’un bas-relief en staff représentant un cerf et une biche dans un sous-bois. Le sol, dallé de marbre Hauteville beige, noir et blanc, dessine des motifs losangés encadrés de marbre blanc tandis qu’un chemin de marbre noir relie le lavabo à la baignoire. Les appliques et la robinetterie en bronze patiné reproduisent des faisans, des marguerites et des pommes de pin. Les cornières des murs sont également en bronze, tout comme le mobilier composé d’une table de toilette et d’une paire de lampadaires. L’art de Rateau reflète un goût profond pour l’Antiquité et pour les arts du Moyen-Orient, notamment la Perse. Le luxe inouï de cette salle de bains rappelle les revêtements de marbre des bains antiques et des hammams orientaux. Les soins du corps furent une des préoccupations majeures de Jeanne Lanvin qui, parallèlement à ses activités de couturière, créa des lignes de cosmétiques et de parfums, dont le fameux Arpège, lancé en 1927.

É. P.

Franck Olivier-Vial et François Rateau, Armand Albert Rateau, un baroque chez les modernes, Paris, Éditions de l’Amateur, 1992.
Hélène Guéné, Décoration et haute couture. Armand Albert Rateau pour Jeanne Lanvin, un autre Art déco, Paris, Les Arts décoratifs, 2006.

Salle de bain de Jeanne Lanvin

Armand Albert Rateau (1882-1938)
Paris, vers 1924-1925
Marbre, bronze, verre, staff et stuc
Don prince Louis de Polignac, 1965
Inv. 39903, 39904, 39915, 39944 A-B, 39947
© Les Arts Décoratifs

Si vous souhaitez utiliser ce visuel, veuillez contacter la photothèque des Arts Décoratifs

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50