Rouleaux et projet de papier peint

Suivant Précédent Toute la collection
Rouleau de papier peint, Les arti­chauts, 1912, Atelier Martine. Inv. 2005.37.13.2, Achat. Acquis grâce au fonds du patri­moine, avec le concours du mécé­nat de Michel et Hélène David-Weill © Les Arts Décoratifs

Aucun exemplaire imprimé du modèle Les radis (inv. 2005.37.11) ne nous étant parvenu, nous ne pouvons préciser la technique d’impression employée. Cependant, les autres modèles acquis au cours de la vente aux enchères publiques La création en liberté - Univers de Paul Poiret et Denise Poiret 1905-1928, organisée par PIASA les 10 et 11 mai 2005, ayant tous été façonnés avec des cylindres de cuivre, nous sommes enclins à penser que cette esquisse, si toutefois elle fut imprimée, le fut au moyen de cette technique « traditionnelle », d’autant plus que le façonnier de cette esquisse, le manufacturier Paul Dumas, dont les usines étaient situées à Montreuil, fut le premier à utiliser les mêmes cylindres de fabrication pour l’ennoblissement des étoffes et l’impression des papiers peints au tout début du XXe siècle.

Le façonnier du dessin du rouleau de papier peint Les iris (inv. 2005.37.12) est le manufacturier du faubourg Saint-Antoine, les Anciens Etablissements Desfossé & Karth, comme l’atteste la référence gouachée conservée au département Papiers peints. Celle-ci nous apprend que le dessin fut gravé par la maison Dourmel sous le numéro 6203 en 1924. La Société Martine reprit les onze cylindres le 24 août 1926, les renvoya aux Anciens Etablissements Desfossé & Karth le 25 janvier 1927 qui les rendirent définitivement à la Société Martine à réception du reçu du 3 février 1931.

L’esquisse de l’étoffe ainsi que plusieurs morceaux de tissu usagé étaient joints au rouleau de papier peint Les artichauts (inv. 2005.37.13.2) lors de la vente. Comme les deux papiers peints inv. 2005.37.13.2 et 2005.37.4 présentent un type de contre-fond identique, peuvent être attribués au même façonnier, jusqu’à présent non identifié.

Le façonnier du dessin du projet de décor de papier peint Les digitales (inv. 2005.37.15.2) est le manufacturier du faubourg Saint-Antoine, les Anciens Etablissements Desfossé & Karth comme l’atteste la référence gouachée fragmentaire conservée au département Papiers peints. Celle-ci nous permet de savoir que six cylindres furent utilisés pour l’impression du papier peint et que ceux-ci furent rendus à la Société Martine le 16 juillet 1914.

Paul Poiret s’est intéressé à l’univers de la maison à travers l’Atelier Martine. Désireux de privilégier la fraîcheur et la spontanéité des motifs, Poiret recruta, pour œuvrer dans cet atelier baptisé du prénom de sa deuxième fille, des jeunes filles sans formation particulière en dessin. Il demanda à Raoul Dufy d’assurer la direction artistique de cet atelier. Une fois les modèles élaborés, ceux-ci furent confiés à des façonniers qui en assurèrent l’exécution. Papiers peints et étoffes imprimées furent ainsi réalisées dans au moins deux entreprises utilisant les mêmes machines pour l’impression de ces deux types de produits. Deux de ces établissements nous sont connus. Ce sont la société Paul Dumas et les Anciens Etablissements Desfossé & Karth.

Cette acquisition a permis de compléter avec bonheur la collection de papiers peints de l’Atelier Martine conservée au département Papiers peints du musée des Arts décoratifs, qui comptait jusqu’alors trente dessins gouachés partiels, seize échantillons de papier peint, huit fragments d’étoffe imprimée et sept papiers peints.

Véronique de La Hougue, conservatrice du département des Papiers peints au musée des Arts décoratifs

Rouleaux et projet de papier peint

Atelier Martine (Paris, 1911 - id., 1926-1929)
1912-1924

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50