Pour faire une recherche dans toutes les collections     

Œuvres du parcours chronologique
Guide du musée des Arts décoratifsGuide du musée
des Arts décoratifs


224 p., 300 ill. en coul,
broché à rabats, 17 €.

+ Commandez cet ouvrage

Œuvres du parcours chronologique

 Consulter la base de données

En 1905 est publié le premier Guide sommaire, à travers le musée des Arts décoratifs accompagnant l’inauguration du nouveau musée dans le pavillon de Marsan du Palais du Louvre. Cet ouvrage connaît pas moins de trois rééditions parues en 1906, 1908 et 1909. Aucune photo n’accompagne la description succincte des salles qui se répartissent alors sur les niveaux 2 et 3, comme en témoignent les quelques plans qui ponctuent l’ensemble. La notice historique consacrée au musée ainsi que le règlement sont autant d’occasions de rappeler au visiteur la singularité de l’institution : née de l’initiative privée, l’association, reconnue d’utilité publique depuis 1882, a dû en échange de la mise à disposition du bâtiment par l’État l’aménager à ses frais. Elle devra céder au bout de 15 ans la propriété des collections réunies : ne recevant « aucune subvention des pouvoirs publics, les recettes des droits d’entrée sont intégralement consacrées à son entretien, à son développement et à l’enrichissement de ses collections ». Il faut attendre ensuite 1926 pour qu’un nouveau guide – désormais illustré – soit édité.

Une nouvelle version revue et augmentée paraît en 1934. Dès la première page sont rappelés les postulats qui ont présidé à la fondation de l’institution, mais une nouveauté est venue s’ajouter : « En vertu de la loi du 24 août 1920 renouvelant [la] convention [avec l’État], le personnel du musée est aujourd’hui rétribué au moyen d’une subvention de l’État, à qui appartiennent toutes les œuvres, mais l’enrichissement, l’installation et l’entretien de ces collections dépendent uniquement des propres ressources de l’Union Centrale des Arts Décoratifs. Les visiteurs en acquittant le prix de leur entrée, les souscripteurs en versant leur cotisation à l’Union centrale des arts décoratifs contribuent donc à la vie et à la prospérité d’un établissement national d’enseignement de l’art appliqué ».

Ces principes sont toujours d’actualité alors que le hasard des calendriers veut que cette année 2006 voie à la fois l’inauguration du musée des Arts décoratifs, entièrement réaménagé au terme d’un important chantier et d’une longue fermeture de dix ans, et la signature d’une nouvelle convention avec l’État. Pour la première fois, sur la totalité des espaces disponibles – soit 9 000 m2 –, avec une circulation totalement inédite, une sélection d’environ 6 000 objets de toutes techniques et de toutes époques renouvelle le regard sur les arts décoratifs.

Ce nouveau guide prend le relais pour accompagner le visiteur dans sa découverte des collections. Structuré chronologiquement, du Moyen Âge à nos jours, il propose d’aiguiller le regard mais aussi de favoriser le souvenir. Parallèlement à cette promenade dans le temps ponctuée par les period-rooms, des éclairages particuliers sur les modes de vie, les techniques, les personnalités marquantes apportent des compléments qui enrichissent cette très complète histoire des arts décoratifs.

Enfin, les départements thématiques, consacrés aux arts graphiques, aux bijoux, aux jouets, aux papiers peints et au verre, sont également évoqués. Exposés au sein de galeries spécifiques ou se conjuguant avec les autres domaines au sein des présentations chronologiques, ils participent pleinement à la richesse de propos du musée.

De nombreuses présentations seront très régulièrement renouvelées, en particulier dans la galerie d’études, la galerie des jouets ou la galerie Dubuffet, de manière à veiller à la bonne conservation des œuvres mais aussi de façon à favoriser la découverte. Autant d’occasions de revenir souvent au musée des Arts décoratifs.

Béatrice Salmon, préface de l'ouvrage « Guide du musée des Arts décoratifs », Paris, 2006.