accueil - De la réclame à la Publicité 1920-1950
Roger Broders, P.L.M Marseille point de départ de la Côte d'Azur, 1935.
Océa, Air France. Aéromaritime. Paris. Pointe Noire. 1937.
Albert Solon, Marseille. Iles Baléares. Alger en 5h. Air France, 1934.
Roger de Valerio, Paris Londres en 1h30. Air France. 1936.
Edmond Maurus, United States Lines. London Paris Bremen, 1929.

Le voyage et la vie au grand air


Comment vendre le rêve d'évasion

Le rôle de l'affichiste et la fonction de l’affiche selon Cassandre

La tradition de l'affiche touristique française date des années 1880. Elle apparaît massivement avec l'essor du chemin de fer qui marque les débuts d'un réseau d'échanges économiques et culturels qui ne cessera de s'intensifier.
Grâce aux facilités de transport, le tourisme se développe et devient peu à peu un secteur économique non négligeable.

L'affiche touristique constitue un genre très particulier qui n'obéit pas tout à fait aux même lois que l'affiche commerciale.

L'approche, totalement différente, réside dans le fait que le voyageur en attente d'un train, flânant dans les halls de gares, est beaucoup plus disponible que le citadin qui se hâte ou que l'automobiliste qui accorde à l'affiche une fraction de seconde.

Dans la gare, l'affiche est une invitation au voyage, à la découverte, au rêve, une trouée de nature, de poésie dans la grisaille des gares enfumées et poussiéreuses.

Ces affiches très descriptives sont dans la filiation directe des créations d'Hugo d'Alesi, le plus prolifique affichiste des chemins de fer de la fin du XIXème siècle. Très souvent confiées non à des affichistes, mais à des peintres de paysage qui ont contribué à en faire un genre figé, elles vont évoluer sous la poussée d'artistes tel Cassandre qui éliminent la description au profit de l'image synthétique.

Broders sera le principal artisan avec Commarmond, du renouvellement du genre, recherchant des perspectives nouvelles et surtout en s'adaptant aux modes.

pour en savoir plus
Le paquebot Normandie