l'Alliance graphique internationale

   
<<

CRÉATION ET BUTS
L’Alliance Graphique Internationale, est née en 1950 de la rencontre amicale de trois graphistes français Jean Picart Le Doux (qui sera le premier président), Jean Colin et Jacques Nathan, et de deux graphistes suisses, Fritz Bühler et Donald Brun, à l’occasion d’une exposition de leurs travaux à Bâle. Les liens ont été maintenus et étendus et l’AGI est fondée officiellement le 22 novembre 1952. « Le but de ce “club” international est :
1. De créer des liens d’amitié entre des artistes graphiques de différents pays que rapprochent des affinités esthétiques et dont la notoriété s’est affirmée dans le domaine de la publicité, du livre ou de l’art mural.
2. De faire connaître au public par des expositions et des manifestations diverses les recherches que poursuivent à travers le monde les chefs de file de l’art graphique moderne. »


LA PUBLICITÉ DANS LE MONDE
La première exposition de l’AGI a lieu au Musée des Arts Décoratifs en 1955. La conception et l’organisation de cette exposition est confiée à Jean Carlu, alors Président, et la scénographie, à René Herbst. Elle comprend trois parties :
1. Une exposition collective des artistes regroupés par pays. Chaque artiste membre de l’AGI ou invité, expose ses travaux dans une présentation identique.
2. Démonstration du rôle de l’art graphique dans l’industrie, le commerce à travers une sélection de réalisations graphiques extraites de campagnes publicitaires internationales : Shell, Schweppes, Coca-Cola, Perrier, Larousse, British Aluminium C°, Olivetti, Ciba, réalisées par de grandes agences (Vanypeco, Aljanvic, Publicis).
3. L’art graphique au service des grandes causes. Affiches pour soutenir des campagnes d’intérêt général (lutte contre la tuberculose, la polio, le cancer, etc.) et des organisations internationales (Croix Rouge, Unesco, Nations-Unies).

« Nous avons par notre exposition, cherché à montrer au grand public qu’il existe un art publicitaire, bien vivant, qui contribue largement à créer le décor de notre vie quotidienne, et aux annonceurs la qualité graphique à laquelle atteignent aujourd’hui la plupart des artistes les plus réputés dans cette branche. On assiste à la naissance aujourd’hui – ou à la renaissance – d’un langage graphique international. […] La recherche de l’expression symbolique de préférence à la représentation fidèle de l’objet lui-même est certainement le caractère dominant de cette tendance. » Jean Carlu. >>