Diaporama

Vase dit « de l’Alhambra »

Théodore Deck (1823-1891)
Paris, vers 1878
Forme d’après un vase nasride dit « aux gazelles » de l’Alhambra
Faïence émaillée
Don de l’artiste, 1880, inv. D 509
© Les Arts Décoratifs / Photo : Jean Tholance

L’oeuvre de Théodore Deck, céramiste prolifique, est dominée par sa passion pour les techniques. Il allie les talents de l’artiste à ceux de l’ingénieur aussi bien dans son atelier qu’à la manufacture de Sèvres qu’il dirige de 1887 à 1891. Il redécouvre des secrets de fabrication, tel le « bleu Deck » qu’il met au point à partir de pièces du XIVe siècle fabriquées à Iznik, et rédige en 1887 un traité sur la faïence. Cet esprit curieux et fasciné par toutes les cultures s’approprie les formes et les couleurs de la Renaissance, ainsi que de l’Extrême et du Proche-Orient. C’est dans cet esprit qu’il se lance dès 1861 dans la fabrication d’un vase dit « de l’Alhambra », inspiré d’un vase nasride dit « aux gazelles », qui se trouvait dans le palais de Grenade. Pour y parvenir, il utilise les photographies et les croquis du collectionneur Jean Charles Davillier. Vers 1878, il réalise une version plus petite de ce vase et en donne un exemplaire au musée des Arts décoratifs. En choisissant une pièce aussi emblématique de l’art hispano-mauresque médiéval, Deck s’inscrit dans la lignée des grands historicistes. Depuis les années 1820, l’Alhambra suscite un extraordinaire engouement dans les milieux littéraires : Chateaubriand le choisit pour cadre de ses Aventures du dernier Abancérage (1826), Victor Hugo lui consacre des vers célèbres dans les Orientales (1828) et Théophile Gautier le décrit dans son Voyage en Espagne (1840).

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50