Optique hypnotique

Suivant Précédent
Praxinoscope-Théâtre

Émile Raynaud (1844-1918), créateur et fabricant
Paris, 1879
Boîte en acajou, couronne en papier, bougie en cire, bandes de films
Don Monsieur Georgé, 1957, inv. 38035

Les recherches dans l’animation d’images aboutissent au XIXe siècle à l’invention de nombreux jouets optiques basés sur la persistance rétinienne : le thaumatrope, le phénakistiscope et le zootrope. Sa forme la plus élaborée est le praxinoscope. Ce jouet optique, inventé par le photographe et dessinateur émile Reynaud en 1876, connaît ensuite plusieurs variantes. Le praxinoscope reprend au zootrope le principe de la bande de douze dessins décomposant un mouvement, mais le praxinoscope est l’objet qui va le plus loin dans la simulation du mouvement. Il produit une image animée, mais à projection indirecte, car la visualisation se fait à travers un cylindre à facettes de miroirs tournant autour d’un axe. L’éclairage est à la lumière du jour ou à la lueur d’une bougie. Le praxinoscope-théâtre ici présenté est une variante sophistiquée du premier praxinoscope. Ces versions grand public et réduites trouvent leur aboutissement dans le grand théâtre optique que Reynaud anime au musée Grévin à partir de 1892. La projection de ces dessins animés, appelés alors « pantomimes lumineuses », obtient alors un succès considérable. L’invention du cinématographe des frères Lumière et la fin des projections au musée Grévin amène Reynaud à revendre une grande partie de son matériel et à détruire une large partie de sa production.

Plan du site   Flux RSS   Contacts   ©   Crédits
Ministère de la Culture     Les Arts Décoratifs 107, rue de Rivoli 75001 Paris - tél. : 01 44 55 57 50